Immobilier: les prix en hausse en province de Liège, principalement à Huy (carte interactive)

Dans cet article
Immobilier: les prix en hausse en province de Liège, principalement à Huy (carte interactive)

Malgré la crise du Covid-19 et les mesures sanitaires, le marché immobilier en province de Liège a connu une hausse assez nette en 2020. Les prix ont globalement augmenté tant pour les maisons que pour les appartements. Le confinement et l’envie qui en a découlé de disposer d’un jardin n’y sont pas étrangers, a indiqué jeudi Renaud Chauvin, notaire en région verviétoise, à l’occasion de la traditionnelle présentation du rapport sur l’évolution du marché immobilier pour l’année écoulée.

« Le confinement a eu un effet important sur la volonté d’être propriétaire d’un bien avec un bout de jardin, tout en continuant de privilégier des zones à proximité d’axes autoroutiers ou d’une gare », a souligné Renaud Chauvin.

Alors que les transactions immobilières ont connu une baisse de 4,2 % en Flandre et de 4,8 % à Bruxelles, la Wallonie affiche une augmentation de 0,8 %. Avec + 3 %, la province de Liège fait partie des trois seules provinces, avec Namur et Luxembourg, à présenter une augmentation.

Concernant les maisons, hors immeubles de rapport et villas de luxe, les prix ont augmenté en province de Liège de 5,1 % pour atteindre un prix médian de 184.000 euros. Le prix médian des maisons n’a d’ailleurs fait qu’augmenter au cours des cinq dernières années (+ 18,7 %). C’est dans l’arrondissement de Huy que l’augmentation des prix est la plus marquée en 2020 (+ 10,8 %). Pour la première fois, le prix médian y atteint les 200.000 euros. Les prix les plus bas s’observent dans les communes au sud-est de la province et dans les anciens centres industriels.

Pour les appartements, alors que les prix en Wallonie ont augmenté de 6,1 %, la progression est de 7,3 % en province de Liège pour atteindre un prix médian de 166.000 euros. Pour les cinq dernières années, l’augmentation est de l’ordre de 14,5 %. Si l’augmentation des prix, tant pour les maisons que pour les appartements, est continue et généralisée, elle est par contre jugée « relativement modérée ».

Les taux des crédits hypothécaires restés très attractifs en 2020, malgré des conditions d’octroi plus strictes, peuvent également expliquer la hausse de l’activité immobilière. Pour 2021, les notaires liégeois estiment qu’il est difficile de prévoir l’impact de la crise sanitaire sur l’immobilier, tout en craignant une hausse des taux d’intérêts.

Le prix des maisons et appartements à Liège (carte interactive)

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le Premier ministre Alexander De Croo a défendu une «approche prudente et réaliste», selon ses termes.

    Codeco: ça a chauffé autour de la réouverture des terrasses

  2. C’est par des vidéos postées depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux que les restaurateurs annoncent leur intention de rouvrir dès le 1er mai, une désobéissance que la décision du Comité de concertation ne ferait que renforcer.

    Horeca: des professionnels déterminés à désobéir… et des bourgmestres peu enclins à réprimer

  3. Le 19 avril les élèves de la maternelle à la deuxième secondaire retrouveront les chemins de l’école à temps complet. © Belga.

    Bulles sociales, écoles, activités à l’extérieur, voyages et couvre-feux: tout ce qui va changer (infographie)

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite