Masques Avrox retirés du marché: «C’est dans un souci de prudence», précise Frank Vandenbroucke

Masques Avrox retirés du marché: «C’est dans un souci de prudence», précise Frank Vandenbroucke

Les masques Avrox répondent au prescrit de la réglementation européenne, au moment de sa distribution en Belgique. Ils respectent toujours la réglementation, donc à ce niveau-là on ne peut adresser aucun reproche », a précisé le ministre de la Santé publique, jeudi à la Chambre.

Le cabinet du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a recommandé mercredi de ne plus utiliser les masques proposés gratuitement par les autorités fédérales via les pharmaciens, dans l’attente de résultats d’une enquête complémentaire sur leur toxicité potentielle.

Sciensano a en effet lancé une étude approfondie sur les composants qui s’échappent de ces masques et qui sont potentiellement nocifs, le tissu des masques ayant été traité avec du nitrate d’argent, qui permet de combattre les moisissures. En juin dernier, le Service public fédéral Santé affirmait que c’était sans danger.

Mais un avis récent du Conseil supérieur de la Santé y voit un risque potentiel pour la santé et arrive à la conclusion qu’il vaut mieux ne plus utiliser ces masques.

Tant que les résultats de l’étude complémentaire ne seront pas connus, les stocks restants ne seront pas distribués.

« Au début du mois d’octobre, Sciensano a lancé une étude supplémentaire. On ne connaît pas l’effet pour la santé, dans ce cas il faut immédiatement demander l’avis du Conseil supérieur de la Santé, qui a besoin d étude supplémentaire .Mais dans un souci de prudence, de prévoyance, il ne faut plus distribuer ces masques, c’est ce que je conseille aux pharmaciens en raison de l’incertitude », a-t-il expliqué.

« Cette étude est très complexe, j’ai demandé à Sciensano qu’il la poursuive, ce n’est pas une question de mois. Cela va prendre énormément de temps en raison de la complexité, raison de plus pour dire qu’il ne faut pas continuer à distribuer ces masques tant que les résultats ne sont pas connus. »

Avrox indique jeudi « prendre acte » de la recommandation du gouvernement fédéral de ne plus utiliser ses masques gratuitement proposés l’an dernier via les pharmaciens, dans l’attente de résultats d’une enquête complémentaire sur leur toxicité potentielle. L’entreprise s’étonne toutefois « que tous les autres masques en tissu commercialisés ne soient pas concernés par cet avis ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous