Formule E: Stoffel Vandoorne, 2e l’an dernier, vise désormais le titre de champion du monde

Photo News
Photo News

Le championnat de monoplaces 100% électriques aurait dû redémarrer à Santiago du Chili mi-janvier mais la pandémie de Covid-19 a conduit au report de l’épreuve. Direction ainsi les environs de la capitale saoudienne Ryad pour les deux premières courses en nocturne de l’histoire de cette catégorie.

Après six saisons depuis 2014-2015, la Formule E, qui faisait jusque-là ses preuves comme simple championnat, couronnera en fin d’année ses premiers champions du monde.

Elle accède ainsi au plus haut niveau des compétitions reconnues par la Fédération internationale de l’automobile (FIA), rejoignant la Formule 1, le WRC (rallyes), le WEC (endurance) et le WRX (rallycross).

Restrictions sanitaires obligent, et pour l’heure, huit manches sont programmées: Diriyah vendredi et samedi, Rome le 10 avril, Valence en Espagne le 24 avril pour le premier ePrix sur un circuit permanent, Monaco le 8 mai, Marrakech le 22 mai et Santiago les 5 et 6 juin.

La suite sera annoncée au début du printemps, treize ou quatorze courses restant l’objectif. La Formule E devrait poursuivre sa route vers l’Ouest, des Amériques à l’Asie.

La saison 2019-2020, déjà perturbée par la pandémie, a sacré DS Techeetah pour la troisième fois consécutive chez les pilotes (avec d’abord le Français Jean-Eric Vergne par deux fois, puis le Portugais António Félix da Costa) et pour la deuxième d’affilée chez les constructeurs.

DS Techeetah fait logiquement encore partie des favorites, avec ses traditionnelles rivales Nissan e.dams ou Virgin Racing mais aussi Mercedes et Porsche, arrivés en 2019-2020 et qui voudront transformer l’essai pour cette deuxième participation.

Les Flèches d’argent sortent d’un premier exercice convaincant, bouclé avec une première victoire, assortie d’un doublé, lors de la dernière course de la saison, la troisième place chez les constructeurs et la deuxième chez les pilotes pour Stoffel Vandoorne. Le Néerlandais Nyck De Vries sera l’autre pilote Mercedes.

Porsche, elle, s’est adjoint les services d’un nouveau pilote, l’Allemand Pascal Wehrlein, aux côtés de son compatriote André Lotterer. Et le Britannique Sam Bird s’est envolé de Virgin Racing à Jaguar.

Douze équipes seront sur la grille de départ, soit 24 voitures et 24 pilotes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous