Accueil Opinions Chroniques

La chronique «Déjà vu»: J. Edgar Hoover, complotiste et comploteur

Un ex-policier accuse le FBI d’avoir trempé dans l’assassinat de Malcolm X. Au centre du dossier, le directeur du Bureau, J. Edgar Hoover, un potentat obsédé par la subversion, lui-même éminemment subversif.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Vingt-et-un février 1965. El-Hajj Malek El-Shabazz, alias Malcolm X, est tué par balles dans une salle de spectacle de Harlem où il s’apprêtait à prononcer un discours. L’année suivante, trois membres de l’association nationaliste noire Nation of Islam, avec laquelle il avait spectaculairement rompu, sont condamnés à la prison à vie pour le meurtre. Règlement de comptes au sein du Black Power.

Vingt-deux février 2021. Les filles de Malcolm X exhibent une lettre posthume d’un ancien policier afro-américain new-yorkais, Raymond Wood, dans laquelle il s’accuse d’avoir piégé les gardes du corps du leader noir afin qu’ils soient arrêtés peu de temps avant la funeste nuit du 22 février 65 et que la victime se retrouve sans protection le jour dit. Et de préciser qu’il avait agi sur ordre du New York City Police Department et du Federal Bureau of Investigation. Complot.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs