L’Europe a tranché: «Les voyages non essentiels doivent être limités mais pas interdits», selon Didier Reynders

L’Europe a tranché: «Les voyages non essentiels doivent être limités mais pas interdits», selon Didier Reynders

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont confirmé dans leurs conclusions publiées jeudi soir que les déplacements non-essentiels ne devaient pas être interdits, a souligné vendredi le commissaire à la Justice Didier Reynders, à quelques heures du comité de concertation qui se penchera sur cette question.

« Pour l’instant, les déplacements non essentiels doivent être limités », indiquent ces conclusions publiées jeudi soir par le Conseil. Les Vingt-sept « saluent » aussi l’adoption des deux recommandations du Conseil sur les déplacements vers l’UE et en son sein, qui prévoient que des restrictions peuvent être introduites conformément aux principes de proportionnalité et de non-discrimination et compte tenu de la situation particulière des communautés transfrontalières.

Le Premier ministre Alexander De Croo avait indiqué dans la foulée que la Belgique, qui fait l’objet comme cinq autres Etats membres d’une demande de justification de la part de la Commission pour ses restrictions à la libre circulation, s’était sentie soutenue dans son approche par les autres Etats membres.

« Je vois beaucoup de commentaires circuler », a indiqué Didier Reynders à Belga. Il souligne que les conclusions du Conseil se réfèrent pourtant clairement aux deux recommandations que le Conseil avait lui-même adoptées. Ces recommandations spécifient que des interdictions d’accès à un pays ne doivent pas être édictées. Libre aux pays par contre de décourager les déplacements non essentiels avec les zones rouges et même de les décourager fortement avec les zones rouge foncé.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous