Accueil Monde Europe

L’Europe a tranché: «Les voyages non essentiels doivent être limités mais pas interdits», selon Didier Reynders

La Commission européenne invite les 27 Etats membres à suivre les mêmes règles.

Temps de lecture: 2 min

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont confirmé dans leurs conclusions publiées jeudi soir que les déplacements non-essentiels ne devaient pas être interdits, a souligné vendredi le commissaire à la Justice Didier Reynders, à quelques heures du comité de concertation qui se penchera sur cette question.

À lire aussi Comité de concertation: accord en vue sur un élargissement de la bulle extérieure, bras de fer sur la bulle intérieure

« Pour l’instant, les déplacements non essentiels doivent être limités », indiquent ces conclusions publiées jeudi soir par le Conseil. Les Vingt-sept « saluent » aussi l’adoption des deux recommandations du Conseil sur les déplacements vers l’UE et en son sein, qui prévoient que des restrictions peuvent être introduites conformément aux principes de proportionnalité et de non-discrimination et compte tenu de la situation particulière des communautés transfrontalières.

Le Premier ministre Alexander De Croo avait indiqué dans la foulée que la Belgique, qui fait l’objet comme cinq autres Etats membres d’une demande de justification de la part de la Commission pour ses restrictions à la libre circulation, s’était sentie soutenue dans son approche par les autres Etats membres.

À lire aussi L’UE met la pression sur la question des frontières: quelles sont les mesures prises par nos voisins? (Carte interactive)

« Je vois beaucoup de commentaires circuler », a indiqué Didier Reynders à Belga. Il souligne que les conclusions du Conseil se réfèrent pourtant clairement aux deux recommandations que le Conseil avait lui-même adoptées. Ces recommandations spécifient que des interdictions d’accès à un pays ne doivent pas être édictées. Libre aux pays par contre de décourager les déplacements non essentiels avec les zones rouges et même de les décourager fortement avec les zones rouge foncé.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par WEERENS Alain, samedi 27 février 2021, 16:16

    Parfait. Rouvrons donc les frontières, tout en maintenant tous les contrôles sanitaires et quarantaine qui se justifieraient.

  • Posté par Desmet Marc, vendredi 26 février 2021, 18:58

    L'Europe des marchands n'a RIEN tranché du tout, ce qui n'est pas interdit est donc permis... La minorité d'égoïstes et de friqués va se répandre partout et contaminer la majorité des pauvres gens qui respectent douloureusement les directives. Peu importe les soignants, les hospitalisés, les morts du moment que les dividendes tombent...

  • Posté par Andre Georges-marc, vendredi 26 février 2021, 17:57

    La Belgique n'est pas autorisée à fermer ses frontières tant à l'entrée qu'à la sortie. Cela est logique et finalement établi une fois pour toute. Par contre, il appartient à chaque individu adulte de vérifier si ses déplacements ne font pas courir de risques à autrui. Il est ainsi logique que s'il s'avère qu'un citoyen européen qui n'a pris aucune précaution et ne s'est pas fait tester, contribue à la prolifération de la maladie, il fasse l'objet de poursuites, rende compte devant la justice et ait à faire face à des condamnations qui seront à la hauteur de son délit.

  • Posté par Andre Georges-marc, samedi 27 février 2021, 15:16

    Debrabander Jean, au lieu de vous penchez sur l'absence d'un "s" qui constitue effectivement une faute d'orthographe, vous feriez mieux de vous penchez sur le droit. Un accord international ne peut être remis en question par un arrêté ministériel, ni même par une loi. Des règles européennes ont été mises en place suite à une décision européenne et elles sont les seules applicables. Les frontières sont ouvertes, mais pour les franchir, des dispositions temporaires ont été approuvées au niveau européen. Vous devez pouvoir présenter un test COVID-19 PCR "négatif" établi depuis moins de 72 heures et une attestation sur l'honneur. Par contre, si vous venez en Belgique, outre le test déjà mentionné, vous devez remplir au préalable le Formulaire de Localisation fourni par les Affaires étrangères, passer un test PCR le jour de votre arrivée et, si vous êtes négatif, en repasser un au bout de 7 jours. Si votre deuxième test est négatif vous pouvez quitter votre confinement une fois les résultats du deuxième test connus. Si vous êtes constaté "positif" lors du premier ou du second test vous resterez confiné durant dix jours à compter du test. Ce n'est pas simple, mais cela a le mérite d'être clair.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 27 février 2021, 7:23

    "C'est établi une fois pour touteS" : l'art imbécile de prendre ses désirs pour des réalités. Le Comité de concertation vient de confirmer l'interdiction et tant pis pour vos fantasmes de vacances.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une