Accueil Société

Vaccins: pourquoi la Belgique a utilisé si peu de doses AstraZeneca

Moins de 5 % des doses livrées à la Belgique ont été administrées. En cause ? Les débuts difficiles des centres de vaccination et la mauvaise image du vaccin.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Les retards de livraison d’AstraZeneca ont été fortement décriés ces dernières semaines par les Etats européens. Aujourd’hui pourtant, les doses finalement livrées restent majoritairement dans les frigos. Selon un article du quotidien britannique The Guardian basé sur les chiffres de l’ECDC (Centre européen de contrôle et prévention des maladies), quatre doses sur cinq livrées par AstraZeneca n’ont toujours pas été administrées. La Belgique fait partie des mauvais élèves. À peine 5 % des 201.600 doses reçues ont été utilisées, peut-on constater à la lecture des tableaux de l’ECDC. Plutôt gênant alors que l’accélération de la vaccination est vue comme un impératif suite à l’apparition des variants. Comment expliquer cette situation ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

43 Commentaires

  • Posté par Marcin Szmigiel , samedi 27 février 2021, 22:44

    Scandale

  • Posté par Lefevre Lucette, samedi 27 février 2021, 15:17

    Le problème est-il le même dans toutes les régions? Car je vois que la Flandre vaccine beaucoup mieux!

  • Posté par SENTJENS Léo, samedi 27 février 2021, 12:59

    Bonjour, Mon opinion :??? Comment peut-on parler d’une même période de 4 semaines alors que la deuxième dose de Pfizer doit être administrée après 3 semaines ??? En réalité il est sans doute avéré que Pfizer protège contre le virus à 85% après 3 semaines, date à laquelle la 2ème dose est administrée et donnera un résultat de protection à 95% 2 semaines plus tard. Alors que AstraZeneka protège semble-t-il à 94% contre l’hospitalisation 4 semaines après la 1ère dose, mais n’a pas du tout le même résultat positif de protection contre la maladie, que ce soit 4 semaines après la 1ère dose ou après la 2ème dose !!! En effet, les résultats des tests ont démontré que le vaccin d' AstraZeneka protège à 61 % 4 semaines après la 1ère dose, que la 2ème dose peut être administrée entre 4 et 12 semaines après la 1ère et ne protègera alors qu'à seulement 70% contre le Covid-19 !!! Ce qui signifie que ceux que le personnel soignant qui serait vacciné avec celui-là aura de 39 à 30% 1ère ou 2ème dose) de chance de contracter la maladie et de la transmettre facilement (variants actuels) à leur entourage familial, social ou professionnel. Voilà la réalité ! On peut également en déduire que si ce vaccin AstraZeneka peut éviter l'hospitalisation et sans doute la mort du vacciné, il ne contribue certes pas efficacement à protéger actuellement d'une transmission du virus aux personnes fragiles non encore vaccinées qui, elles, pourraient y perdre la vie .... Voilà pourquoi nombreuses sont les personnes qui, ayant du bon sens, refusent ce vaccin. Bien sûr cela va poser un problème à nos dirigeants qui en ont commandé une plus grand quantité que dans les 2 autres vaccins (Pfizer & Moderna) , car l'AstraZeneka est beaucoup moins cher que les 2 autres (Pfizer = +- 20 eur pour 2 doses, Moderna = +- 30 eur pour 2 doses, et AstraZeneka = seulement 3,56 euro pour les 2 doses...) Et comme le vaccin est gratuit pour le peuple belge mais payant pour l'Etat...(= indirectement le peuple belge également, d'ailleurs...) Léo

  • Posté par Casimir Marianne, dimanche 7 mars 2021, 19:06

    Merci Leo Sentjens pour la pertinence de ce post. C'est "accessoirement " une synthèse exemplaire de réflexions que beaucoup partagent......

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 27 février 2021, 16:27

    Léo, c'est "AstraZeneca"... et c'est l'université d'Oxford (et son Institut Jenner - "Edward Jenner Institute for Vaccine Research") qui est "derrière" la volonté de fournir le vaccin au prix coûtant. Et "accessoirement", vous n'avez pas compris grand chose. Le plus important pour un vaccin actuellement, c'est d'éviter les formes graves et les décès. Et à ce niveau, les trois vaccins actuels "se valent", y compris celui d'Oxford/AstraZeneca.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs