Accueil Société

Coronavirus: «S’il y a une leçon à tirer, c’est qu’il faut éviter les effets d’annonce»

Les experts du comportement jugent sévèrement qu’on ait douché les espoirs de la population. Mais estiment à l’unanimité qu’il faut davantage responsabiliser les gens, avec un coaching du meilleur acabit qui soit.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Une douche froide. » L’image utilisée par le Premier ministre est reprise par le psychologue des émotions Olivier Luminet (UCLouvain) : « Il va y avoir de la stupeur par rapport aux effets d’annonce tout au long de la semaine, alors qu’on s’attendait a minima à un élargissement de la bulle sociale à l’extérieur », juge l’expert du groupe Psychologie et Corona. « S’il y a une leçon à tirer de tout cela, c’est qu’il faut absolument les éviter à l’avenir. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

40 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, samedi 27 février 2021, 16:26

    Ce report d'assouplissements supplémentaires est extrêmement pénible, mais justifié. Souvenez-vous de ce que nous avons appris sur ce phénomène épouvantable qu'est l'évolution "exponentielle". "Exponentiel" ne veut pas simplement dire "très rapide", comme on le croit trop souvent. Il veut dire "qui s'accélère sans cesse". Prenons l'image d'une voiture qui roule très vite mais toujours à la même vitesse, p. ex. à 300 km/h. Au bout d'un, six ou douze mois, elle sera toujours à 300 km/h, et même si c'est une vitesse très rapide, on a des chances de pouvoir en maîtriser les effets relativement facilement. En revanche, si la vitesse double toutes les semaines, on risque de ne pas trop s'en apercevoir au début: une voiture qui passe de 1 km/h à 32 km/h en 5 semaines, cela n'a rien d'effrayant. Mais si cette même voiture poursuit son accélération, elle atteindra les 1024 km/h au bout de 5 semaines supplémentaires!! Jusqu'à ces tout derniers jours, la vitesse d'évolution de l'épidémie était relativement faible, mais surtout relativement constante. Il était donc raisonnable d'espérer pouvoir relâcher relativement vite nos (très pesantes!) précautions grâce à la vaccination et à l'amélioration de la météo. Mais dans ces tout derniers jours, les petites fluctuations de vitesse semblent faire place à une accélération sournoise... exactement comme au tout début des deux "vagues épidémiques". Il est donc logique et très sage de vouloir vérifier s'il ne s'agit que d'un "petit" phénomène lié au pur hasard ou si ce "petit" (mais très réel!) phénomène est en fait le début du cataclysme exponentiel que nous avons déjà connu deux fois. Cette prudente vérification nous permettra de pouvoir prendre (si nécessaire!) des mesures... désagréables, certes, mais adaptées et relativement peu douloureuses, sans risquer de voir la vitesse de la "voiture épidémique" passer à 125 km/h pour enfin réfléchir aux mesures à prendre. En effet, si on laisse la "voiture" atteindre les 125 km/h, cela signifie qu'elle sera à 250, puis 500, puis 1000 km/h au bout de, respectivement, une, deux ou trois semaines de plus. Donc, ne paniquons pas! mais ne nous cachons pas non plus la tête dans le sable. (Songeons calmement à la situation actuelle de Dunkerque et de Nice et essayons d'éviter que cela nous arrive.)

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, samedi 27 février 2021, 17:09

    Mr.Marlier, plutôt (et même entièrement) d'accord avec le fond de votre intervention. Par contre, un peu moins d'accord sur la "forme". Une vitesse n'est jamais "rapide" ou "lente" (comme par ailleurs une température, n'est ni "chaude" ni "froide"). L'objet qui se déplace (voiture, moto, coureur, avion, astéroïde, ...) est lui, rapide ou lent ; par contre sa vitesse (qui est une "mesure") peut être élevée, faible, importante, que sais-je, mais pas "rapide". Comme un objet dont la température est (très) élevée, se révèle (très) chaud ou même "brûlant", sa température elle ne l'est pas. Bien à vous.

  • Posté par Frippiat Yves-Marie, samedi 27 février 2021, 13:42

    Bref, la parole est d'argent et le silence est d'or...

  • Posté par Ferooz Serge, samedi 27 février 2021, 12:41

    Quant on voit avec quelle légèreté, quelle insouciance (bêtise...) certains hommes ou acteurs publics (politiques, experts, médias...) utilisent leur liberté d'expression pour balancer leurs émotions/ressentis/impressions stériles, on est en droit de regretter l'octroi à certains de cette liberté. Je n'aurais jamais pensé ainsi auparavant. L'irresponsabilité de certaines prétendues élites est inqualifiable; les mots tuent davantage que les armes!

  • Posté par Baeyens Remi, samedi 27 février 2021, 12:40

    Un vent de panique a soufflé sur la réunion. Ils n'ont pas réagi de manière réfléchie et oublié l'ensemble des problèmes et réagi comme si ils ne contrôlent plus rien. Sur le problème de la vaccination: rien ! Or si l'on veut contrôler cette épidémie, il faut vacciner à tout va. Or c'est une situation très préoccupante, car la gabegie règne: une désorganisation totale. Or si il y a un aspect sur lequel l'état doit exercer son pouvoir est bien celui-là. Ils ont cédé à la panique par les déclarations spécialistes obsédés par les données de propagation et oublier d'autres aspects importants. Le vaccin est là mais ne se réalise pas suivant le planning prévu. Ce sont eux qui doivent se démener pour rectifier le tir. Est ce que la semaine prochaine s'occuperont-ils de cet aspect ? Lamentable managemment !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs