Accueil Culture Cinéma

François Pirot: «Avoir une place sur terre est un droit»

Après « Mobile home », le Belge François Pirot a introduit sa caméra dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile. Au cœur de l’Ardenne.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Alors qu’il est en repérage pour Mobile home, François Pirot tombe sur Eurovillage, un ancien village de vacances isolé au milieu de la forêt ardennaise. Ce qui l’étonne, c’est d’y découvrir un moine bouddhiste en toge rouge sur le minigolf abandonné. De là naît l’idée de filmer ce lieu où les résidents attendent l’autorisation de rester sur notre territoire.

Quel fut votre challenge ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs