Ouverture du salon Batibouw: place aux discussions virtuelles (vidéo)

Ouverture du salon Batibouw: place aux discussions virtuelles (vidéo)

Le salon de la construction Batibouw ouvre virtuellement ses portes ce samedi. Il se tiendra jusqu’au dimanche 7 mars uniquement sur internet en raison de l’épidémie de coronavirus. Les organisateurs espèrent attirer quelque 150.000 visiteurs pour découvrir les services des près de 200 exposants inscrits.

L’année dernière, la version classique du salon avait pu se tenir in extremis avant l’entrée en vigueur de mesures de restriction pour lutter contre la propagation du virus.

Pour cette nouvelle édition, les organisateurs ont donc développé une plateforme en ligne reprenant l’ensemble des informations des exposants et permettant notamment la prise de rendez-vous virtuels. Dans un premier temps, les visiteurs doivent se créer un profil, expliquer leur projet et leurs besoins via un « chatbot » (conversation instantanée avec un logiciel) à l’aide de mots-clés.

En fonction de ces informations, des produits, des solutions ainsi que des marques seront suggérés et les visiteurs pourront directement interagir avec les exposants par vidéoconférence ou messages. Des photos et vidéos des produits seront également proposées.

L’enregistrement sur la plateforme est disponible à partir de ce samedi à 10h, pour l’ouverture officielle du salon.

Place aux interactions virtuelles

Les interactions entre exposants et visiteurs seront possibles durant toute la durée du salon et les informations des professionnels resteront disponibles sur la plateforme en ligne jusqu’à la fin du mois de mars.

« La plateforme en ligne de Batibouw 2021 fonctionne sur le même principe de base que le salon physique », décrit Frédéric Devos, directeur du salon. « Nous permettons aux visiteurs et aux exposants de discuter ensemble et en ’face-à-face’ mais virtuellement. C’est ce qui nous différencie et fait notre force par rapport aux recherches sur les moteurs de recherche. »

Batibouw se déroulera du samedi 27 février au dimanche 7 mars de 10h à 19h. Une nocturne est également programmée le jeudi 4 mars jusqu’à 21h.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «On sait que l’épidémie fait des ravages au Brésil mais dans quelle mesure le variant est en cause alors que les mesures sanitaires sont inexistantes, que les hôpitaux débordent et que la médication vient à manquer?» s’interroge Yves Van Laethem. © Reuters.

    Coronavirus: dominant en Belgique, le variant britannique fait, pour l’instant, barrage à ses rivaux

  2. belgaimage-171378034-full

    Coronavirus: les voyages hors Union européenne ne sont plus interdits

  3. La semaine du 26 avril risque d’être une semaine culturelle mouvementée...

    Culture: protestations en vue et action en justice

La chronique
  • Les parcs, ces lieux essentiels

    C’est l’envers du décor urbain, plutôt dense, souvent bruyant, parfois chaotique… Entre le quartier Nord, désert bureaucratique, et Laeken, royalement grouillante, une oasis de calme et de verdure. Rien d’un mirage, dix hectares de parc. Appellation vernaculaire : Tour et Taxis. Car c’est là qu’il démarre, sur fond de Manhattan bruxellois ; le décor, hérité de Couleur Café, donne aux larges pelouses une petite touche américaine. De l’espace, au naturel, vert teinté de sauvage. Ça joue de la bombe aérosol ou de la batte de cricket, ça fonce ou ça chipote sur deux roues, parfois trois. Ça s’agglutine un chouïa au pied de l’Obélisque des droits humains… Une entorse aux règles covid (la bière, le masque, la bulle…) qui sonne comme un hommage à la Déclaration universelle des droits de l’homme, un écho, aussi, aux propos de Françoise Tulkens, ancienne juge à la Cour européenne des droits de l’homme, qui, lorsque l’ex-ministre Céline Fremault (CDH) l’avait sollicitée comme caution de ce projet, insistait « les articles de cette Déclaration...

    Lire la suite

  • Nous ne sommes pas égales devant le virus

    J’en ai vraiment assez, mais bon, moi, je ne peux pas encore me plaindre. » Cette phrase, nous l’avons souvent entendue au cours des derniers mois, nous l’avons même prononcée. Parce que nous avions la chance de passer ce confinement avec un salaire, un jardin, un vaste appartement, pas d’enfants à la crèche ou scolarisés, pas de maladies graves.

    Le filtre du « genre »

    Aujourd’hui, l’analyse des impacts...

    Lire la suite