Accueil Belgique

3. Comment améliorer la com’ autour de la vaccination?

Les images de centres de vaccination vides et le manque de clarté du discours politique provoquent le doute au sein de la population. Le temps serait venu de donner plus la parole au corps médical, selon le professeur Olivier Luminet.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Se faire vacciner, rares sont les Belges qui affirment spontanément qu’ils sont impatients d’entreprendre la démarche. Parfois même, s’ils en ont eu l’intention dans un premier temps, les candidats se sont rétractés depuis. La faute aux hésitations du monde politique mais aussi à ces images de centres de vaccination belges vides qui ont fait le tour du monde ces derniers jours. Des doses sont prêtes mais pas utilisées. Des convocations sont envoyées mais pas forcément réceptionnées. Résultat, le Belge doute et ne croit plus au vaccin. Que faire pour que cela change ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par François J, lundi 1 mars 2021, 17:51

    Si guère plus de 2% de la population est franchement opposée à l'idée de se faire vacciner, il reste en effet beaucoup d'hésitants à convaincre pour atteindre un taux de vaccination de 70% ! Selon moi, il ne s'agit pas d'améliorer la communication sur la vaccination en général, de choisir telle ou telle figure digne de confiance pour la population ou de mettre en avant un enjeu collectif... Il serait peut-être plus utile d'admettre que sur la base de l'ensemble des connaissances actuelles et futures à propos du covid-19, des traitements ou des vaccins, l'objectif de vacciner coûte que coûte 70% de la population belge est à abandonner au profit d'une attention plus grande à la protection des plus fragiles -non seulement d'un point de vue médical, mais aussi social- de notre société. Les gens, conseillés éventuellement par leur médecin de famille, me semblent tout à fait capables de décider par eux-mêmes s'ils ont besoin de se faire ou non vacciner contre le covid-19. Plutôt que leur donner l'illusion d'un libre consentement, l'État doit pouvoir garantir le respect de leur choix, ce qui signifie qu'il doit pouvoir s'engager activement pour prévenir toutes les formes de discriminations qui pourraient exister autour de la question de la vaccination. C'est à mon avis ce genre de communication que la population attend pour se décider.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs