Accueil Sports Football Football belge Standard

Standard: sans patron, pas de pardon

Le coup franc de Frédéric Larsimont, chef foot, après le Clasico remporté 1-3 par Anderlecht au Standard.

Article réservé aux abonnés
Chef de service adjoint Sports et chef de la cellule foot Temps de lecture: 4 min

Le Clasico aurait-il pris une autre tournure si l’arbitre (et le VAR) avai(en)t vu rouge au lieu de rire mollement jaune lorsque, après moins de deux minutes de jeu, Mehdi Carcela a vu débouler Kemar Lawrence tous crampons dehors ? En supériorité numérique, les joueurs du Standard auraient-ils eu à ce point le sentiment d’avoir vécu l’enfer sans le soutien de l’enfer de Sclessin ? Le combo des trois buts paraphés par Anderlecht en l’espace de 4 tirs cadrés sur 3 matchs est-il le reflet d’une nouvelle realpolitik pensée et réfléchie ou simplement le fruit d’une réussite miraculeusement concentrée sur un après-midi de grâce ? L’obligation imposée aux deux équipes de… s’imposer a-t-elle plus copieusement servi celle qui a eu la chance de profiter de la première erreur adverse ? Sur l’ensemble de la saison, Anderlecht mérite-t-il vraiment plus que le Standard d’obtenir le droit de concourir quelques semaines encore dans le sprint pour la 4e place ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par jose niesten, lundi 1 mars 2021, 13:19

    Analyse correcte.

  • Posté par Karafi Tejeddine, lundi 1 mars 2021, 8:32

    Point de vue d'un supporter frustré.

Aussi en Standard

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs