Bruxelles: une centaine de chauffeurs Uber devant le cabinet du ministre président Vervoort

Interdits d’utiliser leur smartphone pour accepter des commandes de courses, les chauffeurs Uber manifestent à Bruxelles.
Interdits d’utiliser leur smartphone pour accepter des commandes de courses, les chauffeurs Uber manifestent à Bruxelles. - Belga

Quelque cent véhicules avec licence LVC (location de véhicule avec chauffeur) ont circulé en cortège, lundi matin, rue Ducale à Bruxelles, devant le cabinet du ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort (PS). Ces chauffeurs, qui utilisent l’application Uber pour prendre en charge des clients, ont protesté contre la décision du ministre de leur interdire d’utiliser leur smartphone. Une nouvelle action des chauffeurs LVC est prévue jeudi.

«Nous avons demandé une rencontre avec Rudi Vervoort et nous attendons sa réponse», a déclaré Emil Miletinov, porte-parole de l’Union Syndicale des Chauffeurs Privés (USCP).

Le cortège de véhicules a commencé place royale à Bruxelles, lundi vers 09h00, puis s’est dirigé place des Palais, a fait le tour du Parc Royal et a terminé devant le cabinet de Rudi Vervoort, rue Ducale. Les voitures se sont ensuite dirigées place du Trône et se sont dispersées.

« Un plan taxi qui reflète les réalités de terrain »

L’action visait à protester contre l’annonce du ministre-président bruxellois de mener des opérations de contrôle des chauffeurs LCV, qui utilisent leur smartphone pour prendre des réservations, via la plateforme Uber. Le cabinet de Rudi Vervoort a rappelé que l’ordonnance en vigueur stipulait que les contrats de réservation doivent être d’une durée de trois heures minimum et que les commandes de courses via le système de géolocalisation d’un téléphone portable sont interdites.

«On est très déçu de l’ambiguïté de l’intervention du ministre Vervoort ce matin sur les ondes de la RTBF. Il reste très flou par rapport aux contrôles à l’avenir. Il fait référence à la fameuse ordonnance de 1995 qui selon nous est dépassée. Ce qu’on voudrait, c’est avoir un plan taxi qui reflète les réalités de terrain d’aujourd’hui», a déclaré Emil Miletinov.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous