Deux complices présumés de Carlos Ghosn remis aux autorités japonaises pour être extradés

Deux complices présumés de Carlos Ghosn remis aux autorités japonaises pour être extradés

Deux Américains accusés d’avoir aidé l’ancien patron de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, à s’enfuir de Tokyo vers le Liban dans des conditions rocambolesques en décembre 2019 ont été remis aux autorités japonaises pour être extradés, a indiqué lundi leur avocat.

Michael Taylor, un ancien membre des forces spéciales américaines reconverti dans la sécurité privée, et son fils Peter Taylor ont été remis à des responsables japonais, a affirmé Paul Kelly, en parlant d’« un triste jour pour la famille et pour tous ceux qui croient que les vétérans méritent d’être mieux traités par leur propre pays ».

Le Japon accuse Michael et Peter Taylor, ainsi que le Libanais George-Antoine Zayek, d’avoir aidé Carlos Ghosn à échapper à la justice en fuyant le pays le 29 décembre 2019.

Peter Taylor avait été arrêté à Boston alors qu’il essayait de fuir les Etats-Unis pour le Liban, où l’ancien patron de Renault-Nissan s’est réfugié et où il n’existe pas de traité d’extradition avec le Japon.

Lui et son père Michael sont ensuite restés détenus car considérés comme présentant un « grand risque de fuite ».

La Cour suprême américaine avait levé le 13 février le dernier obstacle à leur extradition.

D’après les documents judiciaires américains, les trois hommes auraient aidé Carlos Ghosn à se dissimuler dans une grande caisse noire, semblable à un caisson d’instrument de musique, qu’ils auraient ensuite embarquée à bord d’un jet privé, le contrôle des bagages n’étant à l’époque pas obligatoire pour ce type d’appareil.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous