Accueil Opinions Chroniques

Le géant bancaire HSBC a choisi son camp: la Chine

Le géant bancaire, qui fut au cœur des scandales des « Panama Papers » et des « SwissLeaks », a décidé de se recentrer sur son pré carré asiatique en se délestant de ses filiales américaines et européennes déficitaires.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Défiant ses voisins de ses quarante-cinq étages, le siège d’acier et de verre du géant bancaire britannique HSBC constitue le meilleur repère du skyline de l’Est londonien. Mais le bâtiment du 8 Canada square construit par le célèbre architecte Lord Foster ressemble ces jours-ci à un décor de carton-pâte à la Mogador. Le vrai pouvoir est désormais dans l’autre tour de l’enseigne financière aux couleurs rouge et blanche que le même Norman Foster avait érigée en 1985 à Hong Kong.

Lors de la présentation des résultats, le 23 février, Noël Quinn, le directeur général de la première institution financière européenne a confirmé le transfert de nombreux cadres dirigeants et de capitaux (100 milliards de dollars, soit 82,58 milliards d’euros !) de Londres à Hong Kong. L’ancienne Hong Kong Shanghai Banking Corporation entend profiter à bon escient de sa position unique – la plus chinoise des banques occidentales et la plus européenne des banques chinoises – quitte à se mettre aux ordres de Pékin.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 4 mars 2021, 13:55

    J'ai l'impression que Mr roche découvre le capitalisme.

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 3 mars 2021, 22:39

    Je comprends cette banque, car en Chine les gens veulent avancer, ils étudient, ils travaillent et ils recherchent l'excellence. Ici, on demande des augmentations, on fait la grève, on pinaille à l'infini pour tout et on n'est pas capable de mettre sur pied une campagne de vaccination efficace. Mais on est bien évidemment les seuls à avoir le système de valeurs universel et parfait, qu'on se donne le droit de vouloir imposer à tout le monde.

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 4 mars 2021, 13:57

    Oui et chez eux, c'est la dictature et chez nous une démocratie. On en reparle dans quelques années et on verra quel système reste sur le long terme.

  • Posté par Patrick Yamedjeu, mardi 2 mars 2021, 21:55

    Evidemment si elle avait choisi le "camp du bien", vous aurez applaudi des 2 mains. Sauf que cette banque a compris depuis longtemps que le "bien" à géométrie variable n'est que de la poudre aux yeux.

  • Posté par Albin S. Carré, mardi 2 mars 2021, 21:22

    Le monde du fric et les banques seront toujours aux côtés des dictatures pour faire du pognon. Il serait illusoire de penser que ces institutions se réfèrent à une éthique. Seul compte la hauteur du dividende, peu en importe l'odeur. Cette banque n'a-t'elle pas été fondée pour favoriser le commerce de l'opium?

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Romain Rolland était-il «poutiniste»?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : l’homme de lettres, musicologue et internationaliste s’est fermement opposé au boycott des œuvres et des artistes allemands durant la Première Guerre mondiale. Son héritage spirituel ferait bien d’inspirer ceux qui, aujourd’hui, déprogramment les artistes russes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs