Marseille joue la carte de l’apaisement après la révolte de ses supporters

@AFP
@AFP

Nouveau coach de l’OM, Jorge Sampaoli a atterri en fin de matinée mardi à l’aéroport de Marignane. L’Argentin arrive du Brésil, où il dirigeait jusqu’à la semaine dernière l’Atlético Mineiro.

Même s’il a été officiellement nommé vendredi, il n’y a quasiment aucune chance que l’ancien entraîneur de Séville et ex-sélectionneur de l’Argentine et du Chili s’assoie mercredi sur le banc de l’OM à Lille pour la 28e journée de Ligue 1.

Compte tenu de la pandémie de Covid-19, Sampaoli devrait en effet être soumis à une « septaine » et rester quelques jours à l’isolement. « Je ne vois pas comment on pourrait y échapper », a déclaré à l’AFP une source au sein du club.

En attendant, l’intérim Nasser Larguet va donc se poursuivre, à Lille puis sans doute dimanche à Perpignan pour le 16e de finale de Coupe de France contre Canet-en-Roussillon (N2). Le premier match de Sampaoli pourrait être la rencontre en retard de la 22e journée à disputer le 10 mars contre Rennes.

« Je serai à sa disposition dès qu’il pourra venir communiquer avec moi et nous échangerons sur l’état du groupe et sur mes fonctions à la formation », a expliqué mardi Larguet, qui aura traversé avec une grande sérénité cette période de fortes turbulences.

Agenda chargé pour McCourt

Après avoir rencontré dès lundi le maire de Marseille Benoît Payan et plusieurs responsables de groupes de supporters, Frank McCourt est de son côté venu rendre visite aux joueurs et au staff au centre d’entraînement de la Commanderie.

Alors que des jardiniers s’activaient à replanter d’immenses cyprès pour remplacer ceux qui ont brûlé lors de l’envahissement du centre d’entraînement par des supporters en colère fin janvier, l’homme d’affaires américain a d’abord rencontré Larguet et ses adjoints, avant de s’entretenir avec les joueurs juste avant le début de l’entraînement.

Il est ensuite brièvement apparu dans les allées de la Commanderie, en compagnie du nouveau président Pablo Longoria. Le van noir qui le véhicule depuis son arrivée à Marseille était lui stationné sur la place où un petit panneau bleu indique toujours « Réservé JHE », comme un vestige de la présidence de Jacques-Henri Eyraud (2016-2021).

« Sa venue est un geste fort et c’est un plaisir. On est passé par des moments un peu difficiles et il a pris des décisions. C’est important qu’il vienne tout acter », a résumé Larguet.

Mardi après-midi, McCourt devait voir d’autres chefs de groupes de supporters au stade Vélodrome, ainsi que des acteurs économiques locaux. Mercredi, il devrait ensuite assister au match de son équipe à Lille.

Le football et Longoria au centre

Dans une longue interview accordée mardi à La Provence, McCourt a par ailleurs assuré vouloir « recentrer l’OM sur le football » et a clairement confié les commandes du vaisseau à Longoria.

Mardi, Larguet a redit son plaisir de travailler avec un « groupe qui a adhéré aux idées d’apaisement et de retour à la normale ». L’OM reste en effet sur quatre matches de championnat sans défaite et le point pris dimanche face à Lyon est encourageant.

Mais le club provençal, qui peut encore viser l’Europe via la Coupe de France ou la 5e place en championnat doit désormais enchaîner et Longoria, « un leader-né » selon McCourt, sera déjà jugé sur le choix de Sampaoli.

« Je ne le connais pas mais on va vite apprendre à le connaître. La trêve (internationale fin mars) va nous permettre de travailler et de faire connaissance », a résumé mardi Dimitri Payet, qui s’est bien relancé sous Larguet.

Le N.10 de l’OM a en revanche écarté les comparaisons entre Sampaoli et Marcelo Bielsa, la dernière véritable idole du Vélodrome.

« Ce qui me plaît c’est de gagner des matches, peu importe la façon. Je ne veux pas faire de comparaisons. On a besoin d’un coach qui nous emmène dans son projet. On a besoin d’un coach qui nous aide », a-t-il tranché.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous