La présidente du Comité Testing & Tracing favorable, sous conditions, à un passeport de vaccination

La présidente du Comité Testing & Tracing favorable, sous conditions, à un passeport de vaccination

Karine Moykens, la présidente du Comité interfédéral Testing &Tracing, est favorable à l’introduction d’un passeport de vaccination, mais seulement après que tout le monde ait eu la chance d’être vacciné. C’est ce qu’elle a déclaré mardi soir lors d’une table ronde organisée par la Maison de la Santé (Health House) de Louvain. Elle préfère également une solution européenne plutôt que de relier ce passeport à l’application belge Coronalert.

Pour Mme Moykens, ce principe n’est négociable qu’à partir du moment où tout le monde a au moins eu la chance d’être vacciné. « Si vous introduisez quelque chose comme ça plus tôt, vous ferez de la discrimination. »

En tant que présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing, elle est également responsable de l’application de recherche des contacts Coronalert. Lier un passeport de vaccination à l’application nécessiterait de profondes modifications, prévient-elle. « Je crains que dans un tel cas, nous nous heurtions à des problèmes de respect de la vie privée, ce dont nous avons beaucoup tenu compte. C’est pourquoi je préfère discuter de quelque chose comme ça au niveau européen », a-t-elle confié.

Marc Van Ranst a également émis des réserves sur l’introduction d’un tel passeport. « Si vous commencez à organiser des festivals où je serais autorisé à aller avec mon carnet de vaccination, au contraire de mon camarade, alors vous allez avoir une sorte de dystopie. » Le virologue a également rappelé qu’il existe actuellement une incertitude quant au niveau d’infectiosité après la vaccination. « Le plus probable est que vous deveniez beaucoup moins infectieux. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous