Coronavirus: le taux de motivation prédit les pics de contamination, selon une étude

La rue Neuve de Bruxelles, le 1er décembre 2020 - Belga
La rue Neuve de Bruxelles, le 1er décembre 2020 - Belga

Le taux de « motivation volontaire » à respecter les gestes barrières a un lien direct avec des pics d’infections, d’hospitalisations et même de mortalité plusieurs semaines plus tard, constate le groupe de travail « Psychologie et coronavirus », cité dans les titres Sudpresse mercredi.

Selon les données collectées depuis un an par le groupe de travail « Psychologie et coronavirus » (UCLouvain, UGent, ULB), le taux de motivation des Belges à respecter les mesures de protection et de prévention contre le Covid-19 permet de prédire les pics, plusieurs semaines à l’avance.

Pour les pics des infections, il est possible de les prédire 8 semaines à l’avance, 9 semaines pour les taux de positivité, 10 semaines pour les hospitalisations et 11 semaines pour les pics de mortalité.

« Seule la motivation volontaire permet de prédire de manière robuste un pic dans les taux de positivité, dans les taux d’infections et d’hospitalisations et dans la mortalité », précise Olivier Luminet, psychologue de la santé à l’UC Louvain et membre de « Psychologie et coronavirus ».

Aujourd’hui, ce taux de motivation oscille entre 25 et 35 %, ce qui est très bas. Fin août 2020, il était descendu à 23 %. Et au plus haut, en juillet 2020, ce taux était de 82 %.

Olivier Luminet estime désormais que « si on ne parvient pas à faire remonter cette motivation volontaire, on pourrait avoir des pics d’hospitalisations en mai ».

Sur le même sujet
Sud Presse
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous