Le coronavirus accélère le passage à la banque numérique

La banque numérique, qui permet aux clients de choisir où et quand effectuer des opérations bancaires, a pris son essor ces dernières années, souligne Febelfin sur la base d'une étude d'Ivox. Environ 90% des Belges disent utiliser les services bancaires via ordinateurs, contre 71% via une application. Les nouveaux canaux de communication, comme les appels vidéo et les fonctions de chat, sont également de plus en plus courants.

Plus d'un Belge sur dix (13%) déclare d'ailleurs utiliser plus souvent les services bancaires numériques depuis la crise du coronavirus.

L'évolution du recours au numérique chez les clients a des conséquences dans le travail des agences bancaires: 60% des personnes interrogées indiquent ne jamais prendre de rendez-vous physique avec leur banque ou le faire en moyenne moins d'une fois par an, tandis que 33% se limitent à une à trois visites chaque année.

Les banques adaptent donc en conséquence leur offre en termes d'agences, ajoute Febelfin. Elles n'étaient plus que 4.242 fin 2020, contre 4.692 en 2019 et même 8.259 en 2008. La Belgique possède néanmoins toujours l'un des réseaux d'agences parmi les plus denses d'Europe, selon la fédération du secteur financier.

Le renforcement de la tendance aux paiements numériques, accéléré par la crise du coronavirus, a par ailleurs fait baisser le nombre de retraits d'espèces de plus d'un tiers (36%) en 2020. Le réseau de distributeurs automatiques a également diminué: la Belgique en comptait 6.416 fin 2020, en baisse de 14% sur un an.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous