Insurrection à Washington: deux responsables nommés par Trump mis en cause

Insurrection à Washington: deux responsables nommés par Trump mis en cause

Deux hauts responsables du Pentagone, qui avaient été nommés par Donald Trump, ont été pointés du doigt lors d’une audition au Sénat mercredi pour leur rôle dans la lenteur de la réaction des forces de sécurité à l’assaut contre le Capitole le 6 janvier.

Plusieurs témoins ont affirmé que le retard de près de trois heures et demie dans le déploiement de la Garde nationale a été dû au fait que le pouvoir de décision était seulement détenu par l’ex-ministre de la Défense par intérim, Christopher Miller, et l’ex-secrétaire à l’armée de Terre Ryan McCarthy, deux alliés de Donald Trump.

Selon le général William Walker, commandant de la Garde nationale de Washington, Ryan McCarthy avait même dit qu’une « force de réaction de rapide », qui se tenait prête à intervenir en cas de violences, ne pouvait pas être déployée sans son feu vert.

Un retard préjudiciable

M. Walker a déclaré que le retard signifiait que cette force avait été indisponible au plus fort des violences, qui ont fait cinq morts.

Le feu vert pour le déploiement de la Garde nationale a « finalement été donné par le ministre de la Défense par intérim et m’a été transmis par des responsables de l’armée de Terre à 17H08 », a indiqué William Walker lors d’une audition conjointe mercredi devant deux commissions du Sénat. « Ça ne devrait pas prendre trois heures », a-t-il dit.

Le général a précisé que MM. Miller et McCarthy n’avaient pas été disponibles pour un appel téléphonique à 14H30 sur la situation.

Mais, a-t-il ajouté, les collaborateurs de M. McCarthy qui ont rejoint l’appel se sont dits opposés au déploiement de la Garde nationale car ils « pensaient que ça ferait désordre ».

Ils ont aussi affirmé qu’envoyer les soldats en uniforme attiserait la colère des émeutiers, selon M. Walker.

Robert Salesses, un haut responsable du ministère de la Défense, a confirmé que Christopher Miller -- nommé par Donald Trump le 9 novembre, soit près d’une semaine après sa défaite à l’élection présidentielle -- avait décidé que la décision d’activer la Garde nationale lui revenait.

M. « Miller voulait décider de la manière dont la Garde nationale allait être utilisée ce jour-là », a-t-il dit lors de l’audition.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous