Concurrence: soupçons de la Commission sur un médicament contre la sclérose en plaques

La Commission va examiner si cette entreprise a abusé d'une position dominante sur le marché.

La sclérose en plaques reste une maladie incurable. "Il est donc primordial de préserver une concurrence saine sur le marché des médicaments disponibles visant à ralentir cette maladie et à améliorer la qualité de vie des patients. Il est également important que les entreprises se livrent concurrence pour innover afin que de nouveaux traitements abordables puissent voir le jour", a indiqué la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager.

La Commission va examiner si, à la suite de l'expiration en 2015 du brevet de base de Teva couvrant le principe actif du Copaxone, la firme a pu prolonger artificiellement l'exclusivité commerciale du médicament en déposant et en retirant stratégiquement des brevets divisionnaires, retardant ainsi à plusieurs reprises l'entrée de son concurrent générique, qui était tenu de former chaque fois un nouveau recours.

En outre, la Commission va également examiner si Teva a pu mener une campagne de communication visant à empêcher indûment l'utilisation de produits concurrents à base de ce principe actif. Des éléments semblent l'indiquer, dit-elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous