David Goffin, sorti au 2e tour à Rotterdam: «Cette défaite ne va pas engendrer de mauvaises ondes dans ma confiance»

Photonews
Photonews

Malgré une balle de premier set, David Goffin, 14e à l’ATP et tête de série N.6 du tableau, s’est incliné contre le Français Jérémy Chardy (ATP 64), 34 ans, 7-6(3) et 7-6(5) après 1h45 de jeu.

« Ce n’était pas évident », a-t-il confié. « Jérémy touche bien la balle depuis le début de l’année et ce n’est pas facile quand il joue comme ça. J’ai aussi rencontré quelques difficultés à m’adapter au court central, qui est plus lent que le court nº1 sur lequel j’avais joué hier contre Struff. Les balles deviennent vite plus grosses et on peut frapper de toutes ses forces. Cela lui convenait bien, avec sa technique. J’ai pu servir pour le gain du premier set (à 6-5, ndlr.) et j’ai aussi hérité d’une balle de set, mais il l’a bien sauvée. J’aurais même pu en avoir une deuxième, mais j’ai raté ma volée. Et dans les tie-breaks, je n’ai pas pu faire grand-chose. À 3-3 dans celui du premier set, il touche quatre fois les lignes. Je me suis battu, mais à l’arrivée, il mérite de gagner. Quand il avait l’occasion, il a lâché ses coups. Et puis, il a remporté les deux tie-breaks. »

Cette défaite contre Jérémy Chardy constitue un coup d’arrêt dans la progression de David Goffin, qui avait repris de belles couleurs la semaine dernière avec un titre, le cinquième de sa carrière, au tournoi ATP 250 de Montpellier. Le N.1 belge, cela dit, ne tenait pas trop à s’y attarder.

« J’étais un peu fatigué également », a-t-il poursuivi. « Je ne sais pas si c’était lié à l’enchaînement des matches ou au contexte de ce match-ci tout simplement, car il n’y avait pas de rythme, pas d’échanges et tout devait en somme venir de ma raquette. J’aurais pu essayer de mettre plus d’énergie pour le breaker, mais c’était difficile, Cette semaine reste néanmoins positive. J’ai gagné un bon match, j’ai le sentiment que je suis bien reparti après l’Australie, que je retrouve mon tennis et je ne pense pas que cette défaite va engendrer de mauvaises ondes dans ma confiance ou dans mon jeu. Là, j’aurai quelques jours pour récupérer et m’entraîner avant de jouer à Doha. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous