Coronavirus - Des contrôles supplémentaires pour assurer la protection des aides-ménagères

Une centaine de travailleuses s'étaient rassemblées devant le cabinet du ministre à Bruxelles jeudi matin. Une délégation a pu rencontrer Pierre-Yves Dermagne pour lui expliquer les conditions de travail devenues particulièrement difficiles depuis le début de la crise sanitaire.

"C'est important d'avoir cet échange pour raconter leur vécu, je pense que le ministre a été marqué par leur réalité", explique Sébastien Dupanloup, secrétaire fédéral de la FGTB. "Le gouvernement ne peut pas étiqueter les aides-ménagères comme essentielles pendant la crise et ne pas les payer ni les traiter en conséquence."

Les travailleuses réclament une amélioration des conditions de travail et davantage de contrôles. "De nombreux clients ne respectent pas les mesures sanitaires et certaines entreprises ne leur fournissent pas le matériel nécessaire", ajoute Sébastien Dupanloup.

A l'issue de cette rencontre, le ministre de l'Economie et du Travail indique avoir "lu la détresse dans chaque témoignage" du "livre noir" qui lui a été remis. Il décrit des conditions salariales et de travail "difficiles", "rendues encore plus douloureuses" pendant la crise.

Pierre-Yves Dermagne souligne s'être investi pour parvenir à la conclusion d'un protocole sectoriel afin de garantir la sécurité des aides-ménagères. Plus de 200 contrôles ont d'ailleurs été menés dans le secteur des titres-services ces dernières semaines pour y vérifier les normes de sécurité, précise-t-il. "Suite aux témoignages qui m'ont été rapportés, je vais prendre des mesures pour que les règles sanitaires soient respectées partout. Il n'est pas acceptable, par exemple, que les aides-ménagères ne reçoivent que 3 masques pour 12 clients."

Le ministre ajoute qu'il est temps que le secteur soit structurellement revalorisé et que la concertation sociale y soit respectée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous