Les coulisses de l’innovation dans le monde de la PME

Qu’ont en commun Oncomfort et Miloa ? Ces deux pépites wallonnes réussissent grâce à l’innovation. Mario Huyghe, CEO d’Oncomfort, et Estelle Lhoest, créatrice de la marque Miloa, lèvent le voile sur les réflexes et les engagements qui leur ont permis d’innover.

« A nous de faire les efforts pour valider notre dispositif et créer de nouvelles habitudes ».
Mario Huyghe, Oncomfort

« Je me suis toujours autorisée à penser en dehors des modèles, quitte à passer pour une folle ».
Estelle Lhoest, Miloa

Le succès entrepreneurial passe souvent par l’innovation. Mais comment définir ce concept polymorphe ? Les définitions ne manquent pourtant pas… Pour le scientifique Edwin Herbert Land, « innover ne revient pas avoir une nouvelle idée, mais à arrêter d’avoir une vieille idée ». Selon Steve Jobs, c’est parvenir à « abandonner des milliers de bonnes idées ».

INNOVATION, DITES-VOUS ?

Mario Huyghe met en avant deux aspects indissociables pour innover : l’émergence d’un élément disruptif et une application business, capable de générer de la valeur et des revenus. « Depuis des décennies, le monde de l’anesthésie se résume aux méthodes pharmacologiques. Notre approche de sédation digitale bouleverse le champ de la gestion de la douleur et du stress du patient », explique le CEO de Oncomfort. « En plus d’être cliniquement validée, notre solution convainc de plus en plus de professionnels de la santé et a déjà permis de traiter 75 000 patients. » Du côté d’Estelle Lhoest, innover pourrait être synonyme de liberté, un lieu sans limites ni barrières. « Je me suis toujours autorisée à penser “en dehors” des modèles existants, quitte à passer pour une folle », dit la fondatrice de Miloa. « Casser les codes, se jeter à l’eau, voilà ce qu’est l’innovation. Pour développer mes produits, je suis prête à aller chercher des ressources sur Mars ! »

LA SOURCE DE LA CRÉATION

« Miloa est née d’un constat : les outils pour exercer correctement mon métier de vétérinaire n’existaient pas », poursuit Estelle. « Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, j’ai commencé à développer mes propres solutions naturelles. » Les origines d’Oncomfort viennent aussi du terrain, à travers l’expérience professionnelle de Diane Jooris, psychologue clinicienne et responsable scientifique d’Oncomfort. « Alors qu’elle pratiquait l’hypnothérapie, elle réalise que l’accès à cette thérapie est limité », poursuit Mario. « Jaillit alors l’idée d’utiliser la technologie pour délivrer des sessions automatisées et multilingues, afin de toucher un maximum de patients. » Eurêka ! Mais encore faut-il ensuite concrétiser l’essai…

UN LONG FLEUVE SINUEUX

Le parcours, menant de l’innovation au succès entrepreneurial, est loin d’être tranquille. « Oncomfort inclut une application révolutionnaire, inconnue du monde médical… Il faut gagner la confiance », indique Mario Huyghe. « L’approche scientifique est donc cruciale, afin de prouver que notre solution fonctionne aussi bien, voire mieux, que l’existant. À nous de faire les efforts pour valider notre dispositif et créer de nouvelles habitudes. » Seule à la barre, Estelle a bataillé sept années pour lancer Miloa. « Il a fallu traverser les tempêtes et les difficultés. Entreprendre ne s’improvise pas. On m’a dit que je ne disposais pas des codes “de l’entreprise”, mais j’étais consciente d’avoir l’essentiel : une profonde connaissance de mon secteur et de mon marché. »

FINANCER L’INNOVATION

Le financement demeure l’une des pierres d’achoppement de l’innovation. Si elle reçoit désormais d’alléchantes propositions d’associations, Estelle Lhoest a dû consentir à d’importants sacrifices financiers : « L’essentiel reste de préserver ma liberté et l’éthique de Miloa, sans me soucier d’actionnaires. Outre mes économies, je me suis donc tournée vers les aides publiques (bourse de préactivité, soutien à l’emploi et à l’innovation, etc.). Sans oublier, les conseils avisés glanés au sein de l’écosystème. » Du côté d’Oncomfort, l’essor se poursuit par le biais d’un tour de table de 10 millions d’euros. « C’est le fruit d’une planification précise de notre développement », explique Mario Huyghe, dont 80% du temps est consacré au volet financier. « Il faut trouver le juste équilibre entre financement et exécution du plan. À chaque phase, ses objectifs et délivrables. Cela permet aux équipes de garder le focus et aux investisseurs de suivre notre évolution. »

QUEL PROCESSUS, QUELLES MÉTHODES ?

Derrière l’innovation se dissimulent des principes partagés : l’agilité, la cocréation et l’innovation continue. « Dans un domaine comme le nôtre, il faut sans cesse récolter du feed-back, évaluer et s’adapter », détaille Mario Huyghe. « On ne gravit pas l’Everest en une journée. Le processus est continu, avec des étapes pour faire le point et préparer la suite. La cocréation est aussi au cœur de notre démarche. Cela se traduit par une équipe pluridisciplinaire et différenciée (âge, genre, etc.) pour un mix d’expérience et d’idées fraîches. ». « Je suis en contact permanent avec les vétérinaires pour remonter les problèmes et attentes », poursuit Estelle Lhoest. « Puis, vient l’étape du labo et toute nouvelle formule est ensuite testée sur le terrain. Mais ce n’est jamais terminé : 90% de mes produits ont déjà été améliorés, alors que l’entreprise fête à peine ses 10 ans ! ».

L’ACTIVITE D’ONCOMFORT

LA RÉALITÉ VIRTUELLE AU SERVICE DU PATIENT

Née en 2017, la medtech est à l’origine de la « sédation digitale ». Une thérapie révolutionnaire alternative à la sédation médicamenteuse, qui combine l’hypnothérapie clinique, des techniques thérapeutiques intégratives et la puissance de la réalité virtuelle. L’objectif ? Réduire, voire éliminer, l’anxiété du patient en le plongeant dans un état proche du rêve. Concrètement ? Un casque de réalité virtuelle projette un scénario d’hypnose en trois dimensions (disponible en 12 langues). Associés à ces images, une voix et des sons d’ambiance guident le patient à travers un environnement totalement immersif.

www.oncomfort.com

L’ACTIVITE DE MILOA

DES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES POUR ANIMAUX

L’entreprise créée en 2011 sous la houlette d’Estelle Lhoest, Docteur en médecine vétérinaire, ostéopathe et phytothérapeute, reçoit le Grand prix wallon de l’entrepreneuriat en 2013. Miloa propose des aliments complémentaires, des synergies d’huiles essentielles et des cosmétiques pour les animaux. Des formules uniques et innovantes à base d’extraits végétaux brevetés. Miloa s’engage à utiliser les ingrédients et les nutriments les plus purs et les plus respectueux de l’environnement. Une gamme de produits en constante évolution, grâce à son comité scientifique, une collaboration étroite avec les praticiens et la recherche.

www.miloa.eu

COMMENT FINANCER UN PROJET INNOVANT ?

Easy’up est un produit de financement de la Sowalfin qui facilite et finance les projets innovants — technologiques ou non — des PME wallonnes. Autrement dit ? L’initiative accélère la commercialisation d’innovations de produits, de process ou de services, notamment grâce à une solution de financement simple et rapide.

Un prêt subordonné aux conditions attractives, sur une durée de 10 ans maximum et capable de couvrir jusqu’à 40% des besoins (plafonnés à 500.000 euros). Un soutien financier qui peut être cumulé à d’autres outils financiers (sous conditions).

Plus d’informations sur https://www.1890.be/solution/financement-easyup

La Une Le fil info Partager
Sommaire