Accueil Opinions Cartes blanches

«La Belgique à l’avant-garde d’une annulation de dettes en temps de pandémie?»

Plusieurs ONG demandent à la Belgique de redoubler d’efforts pour permettre aux pays du Sud de mobiliser davantage de ressources budgétaires face à la pandémie

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Suite à la réunion des ministres des Finances du G20 le 26 février 2021, le président de la Banque mondiale D. Malpass a fait part de sa déception sur le faible impact du moratoire sur les dettes des pays les plus « pauvres ». Un an après le début de la pandémie, seulement 43 pays ont bénéficié de ce moratoire – c’est-à-dire d’une suspension provisoire du paiement de certaines dettes pour un montant très limité de 5,7 milliards de dollars, soit l’équivalent de 1,66 % des remboursements dus par tous les pays en développement en 2020 ! Si D. Malpass regrette que le secteur privé ainsi que la banque de développement de Chine n’y aient pas participé, il n’évoque à aucun moment l’absence des créanciers multilatéraux dont font partie la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs