Encore moins de reconnaissance au travail depuis le début de la crise

"Toutes les semaines, plus d'un tiers des télétravailleurs (37,3%) reçoivent une ou plusieurs remarques positives quant à leur travail. Sur l'ensemble des répondants, les trois quarts (76,6%) se voient complimentés au moins une fois par mois." Mais pour près d'un quart (23,4%), "cette situation tient de l'imaginaire: ils ne profitent jamais d'un quelconque commentaire valorisant", relève l'enquête.

Près de la moitié des personnes interrogées aimeraient recevoir des encouragements ou félicitations d'un supérieur hiérarchique, environ 30% préfèreraient ceux d'un collègues, et 17,5% ceux de clients.

"L'absence de ces retours d'information constructifs peut susciter le sentiment d'être moins apprécié au travail, ce qui peut entraîner une augmentation du stress et des plaintes pour 'burn-out' professionnel", déclare Lode Godderis, professeur de médecine du travail à la KU Leuven. "Le fait que nous nous sentions moins appréciés est également lié à un cadre de référence nettement plus flou, 'Est-ce que je travaille bien, est-ce que je fais correctement ce que l'on attend de moi? '".

Rien d'étonnant donc que 64,1% des répondants soulignent que les contacts informels avec leurs collègues leur manquent.

"L'impact d'une appréciation positive sur les performances professionnelles ne doit pas être sous-estimé. L'enquête montre qu'un peu plus de six répondants sur dix (60,3%) se sentent appréciés au travail. En revanche, près d'un tiers (33%) ne ressent pas cette appréciation."

Plus de deux répondants sur trois (68,8%) indiquent que les personnes qui sont appréciées sont de facto plus motivées. "En outre, le fait de se sentir valorisé pour ses performances professionnelles stimule l'implication dans le travail: selon 61,3% des répondants, cela les rend plus productifs", conclut l'enquête.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous