Bulle, enseignement...: ce qui est sur la table du Comité de concertation

Bulle, enseignement...: ce qui est sur la table du Comité de concertation

Une semaine après avoir reçu la « douche froide », le Comité de concertation se réunit à nouveau ce vendredi à 14h00 afin de réévaluer la situation épidémique belge et décider d’éventuels assouplissements des mesures sanitaires. Les chiffres des hospitalisations n’ont certes pas explosé, mais ils ont été en augmentation en début de semaine et se stabilisent, depuis quatre jours.

Ce contexte complexifie dès lors la résolution de l’équation.

Traditionnellement, la semaine précédant un comité de concertation est marquée par différents souhaits d’assouplissements exprimés par l’un ou l’autre élu ou président de parti. Rien de tout cela cette semaine, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke se contentant d’acter jeudi sur La Première la difficulté d’interpréter les chiffres. « L’explosion n’a pas eu lieu mais les chiffres grimpent », a-t-il ainsi déclaré.

Enseignement et bulles extérieures

Si des assouplissements des mesures sanitaires devaient être décidés, ils devraient concerner l’enseignement secondaire et supérieur avec le 15 mars en ligne de mire. Les universités et hautes écoles pourraient reprendre les cours en présentiel avec une jauge de 20 %.

L’autre point qui devrait être débattu serait la possibilité de se rassembler à l’extérieur à plus de 4 personnes (la dénommée « bulle de 4 »), dans le contexte du « plan plein air ».

Pour l’horeca et l’événementiel, il faudra encore patienter, vraisemblablement jusqu’à la mi-avril. La question de la réouverture des frontières pour les voyages non essentiels ne devrait pas être abordée ce vendredi, l’arrêté ministériel édicté en ce sens restant jusqu’à nouvel ordre en vigueur jusqu’au 1er avril.

L’espoir de l’annonce d’un déconfinement plus large lors du comité de concertation suivant, probablement le 19 mars prochain, reposera également sur le succès de la campagne de vaccination.

Un calendrier de réouvertures

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a lui balisé vendredi matin, sur LN24 et Bel-RTL, ce qu’il attend du Comité de concertation de cet après-midi, avec une priorité sur l’enseignement et un calendrier de réouverture des secteurs fermés à partir de la mi-avril ou de début mai.

« On reste sur un plateau, il n’y a pas d’augmentation exponentielle comme on aurait pu le craindre vendredi » dernier lorsque le Comité de concertation avait reporté ses décisions à ce vendredi, dit constater M. Jeholet (MR). Il voit même des chiffres positifs comme la baisse du nombre de décès. L’existence d’indicateurs rassurants « nous permet de prendre des mesures d’assouplissement ».

Sa première priorité va aux jeunes et à l’enseignement. Le chef de l’exécutif francophone envisage 20 % de présence sur les sites universitaires et des Hautes écoles, 100 % de présentiel après les vacances de Pâques pour le secondaire, voire un retour des 3e et 4e années à partir du 22 mars. Il faut aussi à ses yeux faire sauter les limitations pour les activités extra-scolaires des moins de 12 ans.

Quant aux secteurs fermés de la culture, de l’horeca et de l’événementiel, il réclame des perspectives et un calendrier avec des dates précises de réouverture. « Début avril au plus tard, on pourrait avoir un assouplissement très large pour toute une série d’activités en plein air, puis, après, une seconde date pour l’horeca, notamment ». Pierre-Yves Jeholet cite le 19 avril ou le 1er mai.

Quant aux bulles sociales, il souligne la perspective d’un élargissement de la bulle extérieure à huit ou dix personnes, et plaide pour un élargissement de la bulle intérieure à deux personnes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous