Contaminations en extérieur et en intérieur: le Centre de crise fait le point sur les risques

Le Centre de crise a fait le point ce vendredi, avant le Comité de concertation prévu à 14h. La vaccination se fait de plus en plus ressentir dans les chiffres de contaminations en maison de repos, a d’abord annoncé Yves Van Laethem.

« L’augmentation des nouveaux cas n’est plus que de 2 %. Elle semble être terminée pour l’instant. Nous pourrons probablement à nouveau enregistrer une diminution des contaminations la semaine prochaine. » a-t-il avancé.

« Nous avons pour l’instant évité la troisième vague. La situation dans notre pays est meilleure que chez certains voisins, constate Yves Van Laethem. Des mesures persistantes mais moins strictes permettent de calmer une situation et d’éviter une flambée épidémiologique. Nous en avons tous marre mais ce n’est pas le moment de baisser les bras . »

Les risques de contamination en extérieur et en intérieur

« En plein air, la situation est globalement moins à risque, rappelle le virologue. On sait que le mode de transmission majeur se fait par les gouttelettes. Les grosses tombent rapidement au sol. Par ailleurs, nous émettons aussi des microgouttelettes. Celles-ci ont beaucoup moins de chance de contaminer quelqu’un à l’air libre. Elles s’évaporent et se diluent rapidement dans l’air extérieur, au moindre coup de vent. Par contre, en intérieur, elles sont dangereuses à courte distance : elles restent devant notre bouche, comme un petit nuage. Elles vont aussi remplir la pièce et se répandre en aérosol. On peut l’éviter en aérant l’espace et en portant le masque. »

Il explique aussi qu’en hiver, en raison du chauffage, l’air en intérieur est plus sec, ce qui augmente encore le risque de microgoutelettes se répandant dans la pièce.

Les supercontaminateurs ne sont pas de bons vecteurs en extérieur, ajoute-t-il encore. L’effet des UV peut aussi jouer un rôle. Mais le risque de contamination en extérieur comme en intérieur varie en fonction du nombre de personnes, de l’intensité et de la durée des contacts. Le risque reste donc encore présent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous