Chiffre d'affaires en baisse pour Roularta malgré une hausse des revenus d'abonnement (2)

"La Covid-19 a eu un double effet sur les médias et sur Roularta. D'une part, le marché des lecteurs a connu une belle croissance, avec une hausse des abonnements. Le secteur a d'emblée été jugé 'essentiel' par les autorités, les points de vente sont restés ouverts et la demande d'informations de qualité était élevée. D'autre part, il y a eu dans les premiers temps un effet négatif sur les revenus publicitaires, mais ceux-ci se sont redressés au second semestre", détaille Roularta.

Grâce au déconfinement partiel à l'automne, la baisse du chiffre d'affaires du premier semestre (-18,5% par rapport au premier semestre 2019) a été ramenée à -13,4% pour l'ensemble de l'exercice, comparé à 2019.

Les marques 'Magazine' représentent en 2020 64% du chiffre d'affaires total, contre 58% l'année précédente. La part des 'Local Media' baisse à 16% (contre 22%). Les activités d'imprimerie pour compte de tiers demeurent en ligne avec 2019: environ 14% tandis que les revenus des événements et des voyages des lecteurs ont été très faibles. Les revenus publicitaires, tous segments confondus, affichent 36% du chiffre d'affaires total en 2020, contre 42% en 2019.

"L'an dernier, nous avons été plus prudents", a déclaré le CEO Xavier Bouckaert, vendredi, lors de la présentation des résultats annuels. "Nous voulons remercier les actionnaires pour leur loyauté: 1 euro est raisonnable et responsable et certainement pas excessif".

Roularta veut poursuivre sa politique de dividende. "Nous avons un bilan très solide qui nous permet de poursuivre toutes sortes d'investissements dans les années à venir et de profiter des opportunités au fur et à mesure qu'elles se présentent", a souligné M. Bouckaert.

Roularta voit l'avenir avec optimisme. Après la crise du coronavirus, le marché publicitaire reprendra, les évènements et les voyages aussi et l'activité d'impression pourra évoluer normalement.

"Les prévisions pour 2021 sont bonnes mais des incertitudes demeurent naturellement", a expliqué M. Bouckaert. "Nous devons voir comment se déroulera la campagne de vaccination. Ce que nous savons avec certitude, c'est que cette crise se terminera de toute façon. Notre économie a appris à travailler avec toutes ces mesures restrictives, telles que le confinement et le nombre limité de contacts; l'économie s'est adaptée."

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous