Accueil La Une Culture

White Circle: l’homme, la nature et la technologie

À l’Atelier Coppens, l’Art Office White Circle présente une quinzaine d’artistes ayant développé des créations en lien avec les technologies les plus avancées, pour le meilleur ou pour le pire.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

Transparente, élégante, nantie d’un mécanisme apparent aux finitions argentées, la grenade de Julian Oliver a des allures de flacon de parfum chic. C’est pourtant une véritable arme de destruction massive. Mais plutôt que de s’attaquer aux corps humains, elle s’en prend aux GSM qu’elle hacke joyeusement, rendant leur contenu visible à n’importe quel quidam.

L’objet, très beau, fait partie d’un ensemble conçu par ce « critical engineer » (ingénieur critique) néo-zélandais basé à Berlin et interrogeant notre rapport aux technologies. Utilisateur averti de celles-ci, l’artiste use de leurs meilleures facettes pour en dévoiler les pires. Avec sa grenade, c’est la transparence généralisée et obligatoire qu’il dénonce en la mettant en pratique. Un peu plus loin il présente trois petits tanks eux aussi bourrés de programmes hypersophistiqués : l’un détruit les connexions wifi, l’autre les connexions GPS…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs