La priorité est donée aux jeunes, à l’enseignement et aux activités en extérieur

Une semaine après avoir reçu la « douche froide », le Comité de concertation s’est à nouveau réuni afin de réévaluer la situation épidémique belge et décider d’éventuels assouplissements des mesures sanitaires. Les chiffres des hospitalisations n’ont certes pas explosé, mais ils ont été en augmentation en début de semaine et se stabilisent, depuis quatre jours.

La réouverture se fera graduellement et prudemment. Les responsables du fédéral et des entités fédérées ont convenu de «donner la priorité aux jeunes, à l’enseignement, aux activités en extérieur». Etant entendu, lit-on dans les conclusions du Codeco, que «l’ouverture de l’économie et de la société dépendra de l’avancement de la vaccination».

Mars

Si tout va bien à cet égard, et si les chiffres de l’épidémie le permettent (à voir), dès le 8 mars : on passe de 4 à 10 personnes pour ce qui concerne les rassemblements à l’extérieur autorisés, moyennant le respect des distances sociales et le port du masque, obligatoire ; enfin, 50 personnes pourront assister aux funérailles, avec un espace de 10 mètres carrés pour chacun.

Dès le 15 mars : l’organisation d’activités scolaires extra-muros, telles que des excursions, des journées sportives, d’une journée ; à cette date aussi, il y aura 20 % de présentiel dans l’enseignement supérieur, et 100 % de présentiel pour « les groupes plus vulnérables », en enseignement spécial et enseignement professionnel à temps partiel.

Pour compléter : présentiel à 100 % dans le primaire et secondaire après les vacances de Pâques.

Avril

En avril, on se découvre d’un fil. Feu vert pour : les entraînements sportifs non professionnels ; les camps de jeunes de maximum 25 enfants (de moins de 13 ans) ; les activités sportives et associatives (toujours en extérieur) avec respectivement un maximum de 10 personnes et de 25 personnes (moins de 13 ans, là encore) ; les activités culturelles, les événements, les services du culte, avec un maximum de 50 personnes, port du masque obligatoire et respect de la distanciation sociale ; les parcs d’attractions, là toujours avec respect des protocoles.

Mai

En mai (on lit : « Au plus tôt le premier mai »), on ne fait pas ce qui nous plaît, mais ça avance. Moyennant le respect de la distanciation sociale et le port du masque, moyennant aussi la généralisation des « tests rapides » (là encore, on est en retard sur les programmes) permettant d’identifier illico presto les porteurs du virus, on rouvrira le jeu cette fois « à l’intérieur », dans certaines conditions à déterminer : l’horeca, le shopping, la culture et événements, les salles de fitness, les services de culte, l’animation pour jeunes, l’associatif. A l’examen aussi, dès lors : « le nombre de contacts sociaux » autorisés. L’étreinte se desserre également pour les brocantes, les marchés annuels et marchés aux puces, le commerce ambulant à domicile, les fêtes foraines, l’horeca (suite), la culture, l’événementiel, les services du culte. Ajoutez les soins à domicile.

Psy

Pour compléter, le codeco, comme nous l’écrivions vendredi matin, s’attaque aux problèmes psychologiques suscités par la multiplication des contraintes et les restrictions des libertés dans la durée. Responsables fédéraux et fédérés ont décidé de mettre au point un « outil » d’examen et d’évaluation du phénomène, en matière de santé mentale, de psychiatrie, également pour ce qui concerne les violences conjugales. Parallèlement aux données ayant trait à l’évolution de l’épidémie, celles relatives aux problèmes psychologiques seront prises en compte par les ministres de la Santé, qui devront agir, adapter leurs politiques.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous