Accueil Culture Cinéma

Berlinale: «Ma relation avec le documentaire est polémique»

Seul film belge sélectionné à la Berlinale cette année, « Juste un mouvement » de Vincent Meessen est un objet de cinéma multiple et sensoriel qui met notamment en exergue la renaissance de la pensée africaine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Artiste pluridisciplinaire, Vincent Meessen est de ceux qui interrogent autant le fond que la forme. Qui questionnent la réalité pour livrer des objets artistiques complexes, mettant le spectateur à l’épreuve de ses convictions et de ses perceptions. « Je fais partie de ces artistes qui travaillent au carrefour de plusieurs mondes », concède celui qui représentait la Belgique à la Biennale (d’art) de Venise en 2015. Parmi ces mondes, l’art contemporain bien sûr, mais aussi le cinéma dont il expérimente les limites pour proposer des objets uniques. Une singularité qui a attiré l’œil de la Berlinale, qui l’a sélectionné cette année dans la section Forum. « Avoir été sélectionné à la Berlinale est évidemment important pour moi car il s’agit de mon premier long-métrage. Ça procure une forme de respectabilité et d’identité de cinéaste. Pour le monde du cinéma, c’est très important. Pour les gens qui financent aussi. De ce point de vue-là, c’est une reconnaissance qui n’est pas négligeable. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs