Accueil Économie Télécoms

Un tiers du réseau mobile de Bruxelles présente un risque de saturation en 2022

Selon un rapport de l’IBPT, plusieurs quartiers et communes de Bruxelles pourraient connaître des perturbations du réseau mobile d’ici à 2022. Une problématique qui ravive le débat sur les normes de rayonnement, à l’aube du lancement de la technologie 5G.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Surcharge à venir : selon un rapport de l’IBPT, Bruxelles présente un risque accru de saturation de son réseau mobile. Le gendarme des télécommunications belge anticipe ainsi qu’un tiers des cellules du réseau 4G bruxellois pourraient être surchargées aux heures des pointes en 2022, ce qui se traduirait concrètement par une chute du débit et des interruptions de communication. Les zones où le trafic est plus élevé, comme le centre de Bruxelles, Anderlecht, Saint-Gilles, Ixelles, Etterbeek, Woluwe-Saint-Lambert, Schaerbeek et Laeken, sont les plus susceptibles d’être impactées.

Le tableau est plus nuancé dans les autres villes étudiées dans le rapport. A Liège, seules 5 % des cellules 4G de la ville présentent un risque de saturation élevé dans les deux années à venir, tandis qu’à Anvers, aucune zone ne sera concernée par cette problématique d’ici à 2022.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Télécoms

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs