Accueil

Vie privée: «Ils chipotent dans les bases de données de la Sûreté de l’Etat»

La Smals, l’ASBL dirigée par Frank Robben, ne dépend de personne mais son action concerne tout le monde. Son idée de centraliser toutes les données ne plaît pas non plus aux services de renseignement.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

Pour travailler avec la Smals, en gros la plus grosse boîte informatique du pays (près de 2.000 collaborateurs, 350 millions de chiffre d’affaires), il ne faut pas être « client » mais bien « membre ». La nuance est de taille. Son statut d’ASBL publique lui permet en effet de profiter de quelques précieuses exceptions à la loi sur les marchés publics (en clair, de s’en passer). Ou encore de se soustraire à la TVA de 21 %. « Ce qui, en soi, constitue une bonne utilisation des deniers publics », tempère un observateur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Usual Suspect, mercredi 10 mars 2021, 15:01

    Ne dites plus Smals, mais disez Stasi...

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs