Accueil Société

«Profiler» les Belges? Le gouvernement en défense, des parlementaires à l’attaque

Croiser massivement les données sociales, de santé, fiscales, personnelles ? Nous l’avons révélé, l’opération est en cours, dans l’ombre. Le gouvernement réfléchit. Les parlementaires chargent sans attendre…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Les activités et autres projets de la Smals, l’ASBL informatique de l’Etat, en roue libre et sans contrôle démocratique suscitent des réactions en chaîne. Collecte des informations sociales et de santé, connexions avec le privé, conflits d’intérêts en veux-tu… Tout cela se déroule sans que plus personne, ou presque, du côté des élus ne semble avoir ni la connaissance suffisante des opérations en cours ni, a fortiori, la maîtrise des événements.

1

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

21 Commentaires

  • Posté par Demonte JPCG, jeudi 11 mars 2021, 21:53

    Reconnaitre ses erreurs ou approximations  seraient plu utiles que de tenter de noyer le poisson. Par exemple, la lettre de Reynders n'a rien à voir avec le cas en cause.  Encadrement par une loi  (15/08/2012 selon BOSA repris par Belga) toujours pas digne d'être signalé.  Et si le présent écran de fumée servait à cacher autre chose, protéger d'autres personnes? Et pour la petite histoire, Petra De Sutter (SP.A) infiltrée chez Groen probablement, journalisme d'investigation et de qualité...

  • Posté par Albin S. Carré, jeudi 11 mars 2021, 16:15

    Reprendre tout en main et virer sec les dirigeants formant une association de malfaiteurs cyniques, le pire, Robben en premier!

  • Posté par Monsieur Alain, jeudi 11 mars 2021, 13:58

    Chapeau pour ce journalisme d'investigation - les "chiens de garde" de notre démocratie font leur boulot, ça me réjouit.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 11 mars 2021, 12:39

    Oulà! D'accord avec la fin de l'article. Il faut évidemment veiller à surveiller la question des conflits d'intérêts et il serait intolérable que les données recueillies par les autorités publiques puissent être d'une manière ou d'une autre proposées au privé sans autorisation du citoyen. De même, il est urgent de replacer le Parlement, les élus, au centre des autorisations de contrôle, de recueil et de recoupement des données. Mais De Croo a raison, il faut analyser la situation froidement avant de jeter le bébé avec l'eau du bain. Le recoupement des données, c'est aussi ce qui permet l'efficacité publique y compris au service des citoyens et aussi l'efficacité en terme de lutte contre les fraudes. Vous voulez encourager une fois de plus l'ultralibéralisme, couper un bras à l'Etat. Hurlez donc avec les benêts... Nous sommes tous fichés et nous donnons parfois nous mêmes bien plus d'informations au privé qu'aux services publiques dans notre univers connecté. Les cris de vierges effarouchées de certains sont assez ridicules. Un peu de sang froid!

  • Posté par Thijs alain, jeudi 11 mars 2021, 11:19

    du blabla de Minsitre. Ou est donc l Ecolo des annees 1980...... Le vice-Premier ministre Ecolo, Georges Gilkinet, est lui, plus prolixe : « Ces questions ne peuvent pas être prises par-dessus la jambe. Un débat à leur sujet est nécessaire, afin de créer la transparence et de mettre en lumière les problèmes, s’il y en a effectivement. En cette période très particulière, il est nécessaire de renforcer la confiance des citoyens envers les autorités, notamment pour ce qui concerne l’usage de leurs données personnelles. J’y serai particulièrement attentif en tant que vice-Premier et je ne doute pas que le Parlement se penchera sur cette question dans les prochaines semaines, cela me semble urgent. »

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs