Accueil Belgique Politique

Vie privée: Mathieu Michel ordonne l’arrêt d’un projet polémique de croisements des données des Belges

Révélé par « Le Soir », le projet visant à « offrir une vision globale sur les citoyens et les entreprises » a suscité un grand nombre de réactions. Le secrétaire d’Etat à la Protection de la vie privée a réagi à la Chambre.

Temps de lecture: 2 min

Mathieu Michel a demandé l’arrêt immédiat du projet de regroupement électronique des données des citoyens et des entreprises élaboré par l’administration fédérale, a-t-il indiqué jeudi à la Chambre.

« Le Soir » a révélé mercredi l’existence du projet « Put data in the center », devenu « Smart Data Services ». . Celui-ci est mis en œuvre par le SPF Stratégie & Appui (Bosa) qui examine la possibilité de mettre des données de citoyens, mais aussi d’entreprises ou de véhicules, à disposition d’organisations publiques ou le cas échéant privées. Le projet visé dans l’article concerne l’accès à BEST, source authentique des adresses belges et notamment open data.

Tollé

Cette révélation a suscité un tollé dans la partie francophone du pays. Jeudi, Sophie Rohonyi (DéFI), Khalil Aouasti (PS), Nathalie Gilson (MR), Georges Dallemagne (cdH), Nabil Boukili (PTB) et Gilles Van den Burre (Ecolo-Groen) ont dénoncé la mise en œuvre dans l’opacité d’un projet qui permettrait un profilage des citoyens. Plusieurs questions ont notamment porté sur le fondement politique d’une telle initiative.

L’administration Bosa dit agir en qualité d’intégrateur de services conformément à une loi du 15 août 2012 mais elle n’a, apparemment, pas (ou plus) de mandat politique. « L’administration s’est avancée dans un contexte juridique imprécis et sans mandat de ce gouvernement », a expliqué M. Michel.

Transparence

Le secrétaire a rappelé sa volonté de mettre de l’ordre dans le cadre législatif et réglementaire de la protection de la vie privée en mettant l’accent sur la transparence. Il souhaite que les citoyens puissent disposer d’un accès à l’ensemble des données personnelles dont l’Etat dispose sur eux, qui les utilise et à quelles fins. « Une donnée personnelle quelle qu’elle soit appartient avant tout au citoyen lui-même. En aucun cas nous n’accepterons que des fonctionnaires se l’approprient sans mandat clairement défini », a ajouté M. Michel.

Le secrétaire d’Etat s’est refusé à une chasse aux sorcières dans ce domaine. Des opportunités importantes sont liées à la gestion des données et leur interopérabilité, et seront déterminantes pour la relance, a-t-il fait remarquer. « La Belgique a de nombreux atouts dans des domaines comme l’intelligence artificielle ou l’e-health, qui pour libérer leur potentiel ont besoin d’un climat de confiance autour de la gestion des données ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par El Mariachi, vendredi 12 mars 2021, 10:12

    Même s'il est illusoire d'y penser, ceux qui ont imaginé ce système en dehors de tout cadre légal, doivent être démis ou licenciés sur le champ. Robben, pour ne pas le citer, est dans une situation de conflit d'intérêt et hors cadre légal, si j'ai bien compris et le fait qu'il soit toujours en poste en incompréhensible. Si les politiques se demandent encore pourquoi la population ne leur fait pas confiance, il ne faut pas chercher loin. Les gouvernements n'aiment pas leurs nationaux. Sinon, pourquoi leur infliger de lourdes taxes avec des résultats plus que mitigés? Est-ce que l'organisation politique actuelle favorise le bien-être de la population ou plutôt remplit les poches de certains? Pourquoi les Français aisés viennent se réfugier fiscalement en Belgique? Pourquoi les Français viennent acheter leur tabac en Belgique et les Belges, l'eau et les alcools en France?

  • Posté par Dupont Vincienne, vendredi 12 mars 2021, 0:35

    C'est quand que vous "démissionnez" le sieur Robben ?

  • Posté par Derweduez Michel, jeudi 11 mars 2021, 23:07

    Et donc Frank Robben doit démissionner ou être licencié pour faute grave .

  • Posté par Vincent Kersten, jeudi 11 mars 2021, 22:33

    A suivre de très très près et très longtemps. Un informaticien fou le reste toute une vie, interdictions ou non. S'ils sont plusieurs, plus aucune règle d'éthique ne les arrête... (souvenirs professionnels)...

  • Posté par Maldague Thierry, jeudi 11 mars 2021, 20:20

    Et pour le "cas" Frank Robben ????

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une