Accueil Opinions Cartes blanches

En Pologne, l’appel à l’aide d’une démocratie qui prend le tournant de la démocrature

En Pologne, les médias privés et indépendants polonais sont sous le coup d’un projet de loi qui pourrait les laisser exsangues. Un chemin également suivi en Hongrie et en Slovénie.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

C’est un nouveau coup de matraque sur la démocratie polonaise. Le Parlement européen s’est intéressé cette semaine aux attaques contre la presse libre en Pologne, en Hongrie et en Slovénie. Le Soir a décidé de publier une longue lettre ouverture d’Adam Michnik, rédacteur en chef de Gazeta Wyborcza. Il crie son désespoir face aux attaques du gouvernement dirigé par le parti Droit et justice (PiS). Partenaire du Soir dans le réseau Lena, le quotidien polonais craint de perdre son indépendance et sa capacité à écrire des articles critiques sur le pouvoir.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Wlodarczyk Magdalena , vendredi 12 mars 2021, 13:11

    Ce que l'article n'explique pas ( par manque de savoir ou sciemment) ce que les médias dites "privés" ou "indépendants" sont à près de 80% propriété du groupe allemand Axel Springer. Pouvez vous me montrer un autre pays où les médias sont influencé à ce point par un pays étranger ? Parce que tous ces journaux et magazines ont la même et unique narration - qui connait un peu le monde des médias européens sait que c'est un groupe proche de camp Merkel, qui a ses propres internets pour que les libéraux reviennent au pouvoir en Pologne.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 11 mars 2021, 20:23

    Qu'il est tristement regrettable, sur nombres de sujets, mais évidemment ici surtout sur la question des valeurs et de l'Etat de droit, que la construction européenne se soit enfermée dans la logique de l'unanimité. On pourrait disposer d'une large majorité pour sanctionner les pouvoirs d'Orban et de Kaczinsky, mais rien que ces deux là sans compter hélas, entre temps la Slovénie qui est à son tour gangrenée, peuvent opposer leur veto pour protéger l'autre. Sur nombre de sujet, nous avions besoin d'une souveraineté partagée et non de la frilosité émolliente des droits de veto démultipliés. Se faisant, on a rien pu faire pour la Hongrie et encore moins maintenant pour la Pologne et la Slovénie. Et demain, à qui le tour. Coup de chapeau à Adam Michnik qui ne pouvait certainement pas penser en 1989 redevenir à nouveau un leader de l'opposition démocratique des heures sombres.

  • Posté par Kabbedijk Irène, vendredi 12 mars 2021, 12:44

    Tout à fait!

Aussi en Cartes blanches

Carte blanche La faim n’est pas une fatalité

Chaque année, la Journée mondiale de l’alimentation est une triste occasion de constater que nous sommes loin d’être « sur la bonne voie » pour éliminer la faim d’ici 2030. Les solutions ? Plus de cohérence entre nos politiques agricoles, climatiques et économiques, d’une part, et se réapproprier les systèmes alimentaires pour permettre une transition vers l’agroécologie, d’autre part.

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs