Accueil Économie Entreprises

Energie: des éoliennes en mer du Nord à l’arrêt à cause des prix négatifs

Il y avait trop d’électricité – éolienne... et nucléaire – sur le marché. Pour la ministre de l’Energie, « c’est le monde à l’envers ».

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 2 min

Le producteur et fournisseur d’énergie Eneco a dû fermer presque complètement son parc éolien offshore SeaMade jeudi entre 12 h et 13 h, malgré le temps venteux. En cause : l’offre excédentaire d’électricité provenant des centrales nucléaires – six réacteurs sur sept sont en service –, du soleil et du vent a entraîné des prix négatifs de l’électricité. « Arrêter les éoliennes quand il y a du vent, c’est le monde à l’envers », a réagi la ministre fédérale de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Verts).

Dans les faits, Eneco a tourné les pales de ses éoliennes hors du vent, de sorte que la capacité a été considérablement réduite. C’est que sur le marché à court terme, les prix sont descendus jusqu’à – 50 euros le MWh. Dans ces conditions, il n’était plus rentable pour l’entreprise de faire tourner les turbines à plein régime. Une situation très « décevante » pour Eneco selon son porte-parole Mark Van Hamme, qui blâme… les centrales nucléaires. « La production de l’énergie nucléaire est tellement importante que nous sommes obligés d’éteindre l’offshore », regrette l’entreprise. « Les énergies renouvelables devraient avoir priorité sur le réseau ».

À lire aussi Sortie du nucléaire: double coup de «boost» pour le CRM

On notera qu’en matinée, la production d’électricité éolienne avait déjà été affectée par les vents trop forts, qui placent automatiquement les moulins en position de sécurité.

Capacité pilotable

La ministre de l’Energie pointe également du doigt les centrales nucléaires. Selon elle, les éoliennes en mer ont été arrêtées « à cause de l’inflexible surproduction nucléaire (il est difficile de faire varier la puissance d’un réacteur, NDLR) ». Selon la ministre, cela démontre également la nécessité d’un mécanisme de rémunération de capacité (CRM) – le système de subsides aux moyens de production alternatifs dans le cadre de la sortie programmée du nucléaire entre 2022 et 2025. Le déploiement à grande échelle prévu des énergies renouvelables, par nature intermittentes puisqu’elles dépendent du vent et de l’ensoleillement, crée un besoin de flexibilité, en particulier de capacité contrôlable, qui devrait être assurée principalement par de nouvelles centrales au gaz. « Le CRM offre cette flexibilité : vous pouvez activer ou désactiver ces capacités », conclut la ministre.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par Colonier Tandoori, jeudi 15 juillet 2021, 13:09

    Vivement qu'on en finisse avec le nucléaire !

  • Posté par Andre Georges-marc, dimanche 14 mars 2021, 11:11

    La production d'électricité par les éoliennes en mer a été suspendue pendant UNE heure et la ministre écolo prend cet exemple pour attaquer les centrales nucléaires. Elle oublie de faire mention des nombreuses heures durant les quelles par absence de vent ou par trop fort vent les éoliennes sont arrêtées. Dans ces circonstances, nous sommes tous très heureux d'être approvisionnés par les centrales nucléaires et non par les centrales allemandes au charbon. Les politiciens écolos sont des spécialistes de la manipulation.

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 30 juillet 2021, 3:08

    Et de la mauvaise foi. Votez pour D'AUTRES !

  • Posté par Dagnelie Raphaël, vendredi 12 mars 2021, 17:55

    Les Ecolos comme d'habitude nient l'évidence. Ils sont contre l'énergie nucléaire contre la voiture à moteur thermique. Si tout le monde passe à la voiture électrique comment vas-ont produire le surplus de demande d'électricité.

  • Posté par Colonier Tandoori, jeudi 15 juillet 2021, 13:18

    Cette hypothèse selon laquelle on aurait besoin du nucléaire pour la mobilité est fausse. Tout le monde ne va pas recharger pas sa voiture tous les jours et en même temps et la légère augmentation progressive liée à l'électrique sera compensée par les baisses réalisées par ailleurs notamment avec les ménages de plus en plus équipées en panneaux solaires et batteries. Il y'a aussi des techniques de pointe pour récupérer l'énergie des voitures en cas de pics de demande de consommation. Le nucléaire est une énergie du passé et pas du tout nécessaire. Très chère, très polluante et sans solution de stockage pour les déchets. Le fait qu'elle produise peu de CO2 n'est pas une excuse pour nier les tas d'autres problèmes qu'elle comporte. Ça va déjà couter assez cher de démanteler les centrales. L'heure est au renouvelable et au gaz pour ce qui est nécessaire.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière