Energie: des éoliennes en mer du Nord à l’arrêt à cause des prix négatifs

PHOTONEWS_10823534-069
Photo News

Le producteur et fournisseur d’énergie Eneco a dû fermer presque complètement son parc éolien offshore SeaMade jeudi entre 12 h et 13 h, malgré le temps venteux. En cause : l’offre excédentaire d’électricité provenant des centrales nucléaires – six réacteurs sur sept sont en service –, du soleil et du vent a entraîné des prix négatifs de l’électricité. « Arrêter les éoliennes quand il y a du vent, c’est le monde à l’envers », a réagi la ministre fédérale de l’Énergie, Tinne Van der Straeten (Verts).

Dans les faits, Eneco a tourné les pales de ses éoliennes hors du vent, de sorte que la capacité a été considérablement réduite. C’est que sur le marché à court terme, les prix sont descendus jusqu’à – 50 euros le MWh. Dans ces conditions, il n’était plus rentable pour l’entreprise de faire tourner les turbines à plein régime. Une situation très « décevante » pour Eneco selon son porte-parole Mark Van Hamme, qui blâme… les centrales nucléaires. « La production de l’énergie nucléaire est tellement importante que nous sommes obligés d’éteindre l’offshore », regrette l’entreprise. « Les énergies renouvelables devraient avoir priorité sur le réseau ».

On notera qu’en matinée, la production d’électricité éolienne avait déjà été affectée par les vents trop forts, qui placent automatiquement les moulins en position de sécurité.

Capacité pilotable

La ministre de l’Energie pointe également du doigt les centrales nucléaires. Selon elle, les éoliennes en mer ont été arrêtées « à cause de l’inflexible surproduction nucléaire (il est difficile de faire varier la puissance d’un réacteur, NDLR) ». Selon la ministre, cela démontre également la nécessité d’un mécanisme de rémunération de capacité (CRM) – le système de subsides aux moyens de production alternatifs dans le cadre de la sortie programmée du nucléaire entre 2022 et 2025. Le déploiement à grande échelle prévu des énergies renouvelables, par nature intermittentes puisqu’elles dépendent du vent et de l’ensoleillement, crée un besoin de flexibilité, en particulier de capacité contrôlable, qui devrait être assurée principalement par de nouvelles centrales au gaz. « Le CRM offre cette flexibilité : vous pouvez activer ou désactiver ces capacités », conclut la ministre.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous