Accueil Belgique Politique

Pierre-Yves Jeholet: «Une guerre scolaire serait indécente et irresponsable»

Le ministre-président MR de la Fédération Wallonie-Bruxelles se décrit en « pacificateur » face aux récriminations de l’enseignement catholique. En cause : le financement des bâtiments scolaires. Mais il prévient : « On ne va pas revoir la clé de répartition, on pourra intervenir seulement à la marge… »

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

La colère monte depuis plusieurs semaines côté Segec, le Secrétariat général de l’enseignement catholique. Etienne Michel, son patron, milite à fond contre la clé de répartition des fonds européens voués à la rénovation des bâtiments scolaires, jugée inéquitable, favorable aux établissements du réseau (public) Wallonie-Bruxelles. Pierre-Yves Jeholet MR), ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, appelle au calme…

Le chantier des bâtiments scolaires fait couler beaucoup d’encre. Le Segec se lève contre le mécanisme de financement conçu par votre gouvernement. Que faire ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par ADAM Jean-Victor, vendredi 12 mars 2021, 21:00

    Sujet très sensible. Mais qui va payer les bâtiments du Libre, qui sont en général mieux entretenus que ceux de l’officiel. Il y a un esprit dans le Libre qui n’existe pas dans l’Officiel. Beaucoup de profs du Libre paient leur matériel (ballon, enregistreur, vidéo, repeinte de la classe, fancy-fair). Y-a-t-il des fancy-fairs dans l’officiel où les profs viennent consommer leurs préparations ou celles des élèves ? Le Libre semble aussi beaucoup moins politisés et engage plus facilement un prof ayant fait ses classes dans l’Officiel. L’inverse est rare !

  • Posté par Debrabander Jean, vendredi 12 mars 2021, 16:19

    Même si, vu mon parcours, j'ai une grande étiquette "libre" sur le front, je peux nuancer. Evidemment, réclamer le même traitement pour des bâtiments privés et ceux de la FWB ne semble pas raisonnable. Il est vrai aussi que beaucoup de bâtiments de cette FWB sont dans un état déplorable. Mais pourquoi ? Pourquoi en est-on arrivé là, avec le double des subsides de fonctionnement accordés au libre ? Avant de procéder à cette répartition de subsides européens qui paraît scandaleuse, Jeholet et Daerden ne pourraient-ils pas d'abord respecter les accords de la saint Boniface de 2001 en ce qui concerne le rattrapage de l'écart de financement entre les réseaux. 20 ans après, on est loin du compte et on se demande ce qu'on a bien pu faire des montants prévus pour cela de 2002 à 2010 : en millions de francs belges : "rattrapage subvention de fonctionnement 11,7 - 1425 - 1759,2 - 2555,4 - 2739 - 3217,1 - 4470,2". Plus de 16 .5 milliards de francs belges, 400 millions d'euros donc pas encore accordés 20 ans après.

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, vendredi 12 mars 2021, 14:39

    Une parade (dans les sens du terme, parer - les coups - et parader ) imparable. Car les vrais adeptes d'une nouvelle guerre scolaire sont toujours du côté de ceux qui refusent la stricte application du Pacte scolaire (75% des subventions du public sont accordées au privé et du côté de ceux qui, se cachant derrière la situation budgétaire, réclament le réseau unique. Comme si, d'autres l'ont dit avant moi, que la Communauté fusionne, ou pas, avec la Région, les moyens manqueront toujours pour prendre en charge les coûts de l'enseignement, qu'il soit public ou privé. Après tout, fusionner les réseaux contraindra de prendre en charge des gens qui ne sont pas rétribués aujourd'hui par les finances publiques, comme les administrateurs d'internat, ou les éducateurs...

  • Posté par ladeuze olivier, vendredi 12 mars 2021, 14:33

    Et si on en finissait une fois pour toute avec les évêchés et cet enseignement soit disant "libre" subventionné anachronique ? On est au 21ème siècle quand même. Une expropriation d'intérêt public des bâtiments scolaires contre une indemnisation équitable et en échange l'entretien des églises et autres bâtiments de culte à charge des croyants règlant pas mal de problèmes financiers communaux ? Il n'y a plus un seul parti religieux ayant des élus régionaux ou fédéraux en wallonie sauf erreur. Impossible mais franchement qui paie l'enseignement dit catholique ? Le contribuable quand même qui est rarement encore catholique.

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, vendredi 12 mars 2021, 15:40

    Les pacificateurs hostiles à une 3e guerre scolaire, on les connaît!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs