Accueil Belgique Politique

Bruxelles complexe? CQFD

Valérie Glatigny et Benjamin Dalle demandent à Rudi Vervoort de pouvoir assister au collège de la Cocom. Une démarche légaliste, politique ou institutionnelle ?

Article réservé aux abonnés
Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 2 min

Une missive, deux signataires, trois exégèses. Valérie Glatigny (MR, ministre à la Fédération Wallonie-Bruxelles) et Benjamin Dalle (CD&V, membre du gouvernement flamand) prient ce « cher Rudi » (Vervoort) d’organiser, trois fois l’an, une réunion du collège de la Cocom à laquelle ils pourraient assister. Bref rappel : on parle de l’instance bruxelloise qui gère pour tous les Bruxellois(es) rien moins que les allocations familiales, la santé (donc la vaccination, les hôpitaux, les maisons de repos, la santé mentale). A sa tête, les ministres régionaux. Qu’entendent donc rejoindre deux excellences communautaires. Elles ont pour elle la loi spéciale relative aux institutions bruxelloises, dont l’article 76 stipule qu’« un membre bruxellois du gouvernement de la Communauté française et du gouvernement flamand assiste, avec voix consultative, aux séances respectivement du collège de la Cocof, de la VGC et, ensemble, aux séances du collège de la Cocom. » La loi, rien que la loi ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Debrabander Jean, vendredi 12 mars 2021, 16:36

    Comme le souhaitait un élu bruxellois, supprimons Cocof, Cocom et VGC. Des listes bilingues pour tous les Bruxellois et un homme-une voix !

  • Posté par Jos Theys, jeudi 11 mars 2021, 22:47

    C'est vrai, la coutume à Bruxelles ce n'est pas de respecter les lois (lois linguistiques, loi sur les institutions bruxelloises etc)

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 11 mars 2021, 21:05

    Je dois dire en effet que les signaux envoyés par le MR sont pour le moins ambigus! Il y a moins d'une semaine, le président de la fédération bruxelloise proposait plutôt un plan régionaliste, il est vrai sans supprimer les communautés mais en les ramenant à peu de chose, et aujourd'hui Valérie Glatigny, tend la main du pire ennemis de la région bruxelloise, le CD&V. De quel côté est le MR? Pas étonnant que ce parti se marginalise à Bruxelles...

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs