Accueil Société

Grand Baromètre: haro sur ceux qui ne portent pas le masque

Interrogés par Ipsos à propos des mesures de protection qui ne sont pas respectées (ce qui les agace), les Belges pointent le port du masque. La crise et l’avenir ? Ils sont inquiets à propos de la dette du pays.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Comment l’Etat va-t-il rembourser ses dettes ?… C’est la question numéro un qui turlupine les Belges, à qui l’on demande de préciser ce qui les préoccupe le plus pour l’avenir. La proposition arrive largement en tête en Flandre, en tête aussi en Wallonie.

L’on sait que le débat monte à ce propos parmi les économistes et apparentés. Pierre Wunsch, gouverneur de la Banque nationale, dit qu’il faudra rembourser, d’autres, comme Alain Minc, prétendent que l’on peut effacer l’ardoise. Les experts ne sont jamais d’accord.

On relève qu’à Bruxelles, la dette arrive deuxième, où l’on s’inquiète davantage des « conséquences de la crise pour la santé mentale des Belges ». Tous s’interrogent aussi, plus (les Wallons) ou moins (les Flamands), à propos de l’impact de la crise sur le marché de l’emploi.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Coulon Fabien, samedi 13 mars 2021, 13:41

    Je persiste à croire que porter le masque en rue est plus que contre-productif. Cela ne sert quasiment à rien et de guerre lasse, on ne le porte plus correctement en intérieur où il possède une vraie plus-value. Quand je vois des personnes le porter seul en voiture ou dans les bois, je me dis qu'on ne se trouve pkus du tout dans une situation où le bon sens prévaut...

  • Posté par Bastidon Pauline, vendredi 12 mars 2021, 21:15

    Je ne suis pas Belge mais je vis, travaille et paie des impôts en Belgique depuis 12 ans. Je suis effrayée quand je pense à la manière dont nous allons rembourser la dette publique contractée pendant cette crise. Venir en aide aux entreprises et secteurs sinistrés et aux personnes qui n'ont plus de revenus est essentiel. Mais est-ce que toutes les décisions prises concernant la fermeture de certains secteurs l'étaient vraiment ? Je suis inquiète pour les conséquences sur la santé mentale et physique à moyen terme, mais la question du remboursement de la dette est la question de notre avenir collectif. Comment payer une éducation de qualité pour les générations futures, des services publics efficaces, une aide et un filet de sécurité pour ceux qui en ont besoin, un système de santé performant et protecteur... sans argent? Quelle sera notre vie et celle de nos enfants s'il n'y a plus d'argent dans les caisses pour se soigner, protéger les plus faibles, éduquer et préparer à la vie adulte, sans parler de la culture, qui est essentielle au rayonnement d'une société, et de l'aide au développement ? Quel futur pour la Belgique et pour l'Europe quand on n'aura plus les moyens d'investir? Je n'ai pas le droit de vote en Belgique n'étant pas Belge, mais j'espère que tous les hommes et femmes politiques participant à la prise de décisions sur le deconfinement auront ces questions là en tête... et qu'un changement radical va s'opérer dans la politique de vaccination. Chaque couac, chaque retard avec les vaccins est un peu de notre avenir et de celui de nos enfants qui part en fumée...

  • Posté par De Ronde Michel, samedi 13 mars 2021, 19:01

    @Malé Bertrand. Quelle agressivité ! Vous aurais-je piqué au vif ? Soit dit en passant, reproduire textuellement Wikipédia réclame un minimum de discernement et d’à-propos. Il en va comme de votre humour, vous en manquez péniblement.

  • Posté par Malé Bertrand, samedi 13 mars 2021, 12:44

    @De Ronde Michel : Apparemment, en parlant de "postillon", j'ai heurté l'intellectuel que vous voulez paraître ??? J'aurais sans dû être plus précis en précisant que c'était les aérosols ou micro gouttelettes appelées "gouttelettes de Flügge" qui sont produites en respirant, parlant, éternuant, toussant, chantant ou hurlant. Mais pour terminer avec le même humour que le vôtre, s'il y a des "covidiens" au nez épaté et aux oreilles décollées, il y a aussi ceux qui ont tout simplement un petit pois, au lieu du cerveau, entre les 2 oreilles.

  • Posté par De Ronde Michel, samedi 13 mars 2021, 9:26

    @Malé Bertrand. Un nouveau variant de Covidien ? Nous avions déjà le Covidien au nez épaté et aux oreilles décollées par le masque, il faudra dorénavant se méfier du variant qui parle et "postillonne du nez".

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs