Assassinat à Beveren: les trois jeunes suspects maintenus en centre fermé un mois de plus

Assassinat à Beveren: les trois jeunes suspects maintenus en centre fermé un mois de plus

Les trois mineurs suspects dans l’enquête sur la mort de David P., un habitant de Saint-Nicolas âgé de 42 ans, le week-end dernier à Beveren resteront un mois de plus au centre fermé pour jeunes d’Everberg, ont décidé vendredi les juges de la jeunesse d’Anvers et de Termonde. Il s’agit d’un Anversois de 17 ans, d’un habitant de Verrebroek âgé de 17 ans également et d’un adolescent de 16 ans demeurant à Kieldrecht.

Le corps de David P. a été retrouvé le 6 mars dernier dans un parc à côté de la voie ferrée, situé Lesseliersdreef. L’homme avait été roué de coups, tout indique une mort violente. La victime a été attirée dans le parc par les trois suspects mineurs via l’application de rencontres Grindr.

Les suspects se sont rendus à la police après les faits. Les juges de la jeunesse d’Anvers et de Termonde ont décidé en début de semaine de les placer au centre fédéral fermé De Grubbe à Everberg. Les trois adolescents comparaissaient à nouveau vendredi devant le tribunal de la jeunesse, qui a donc décidé de prolonger la détention d’un mois.

La mesure peut être prolongée d’un mois, mais après cela, une autre solution doit être trouvée pour les mineurs. Un rapport va maintenant être rédigé à l’institution d’Everberg avec des conseils sur des orientations supplémentaires pour les trois suspects.

Le parquet souligne que le mobile de l’acte fait toujours l’objet d’une enquête et qu’il n’est pas encore certain qu’il s’agisse d’homophobie. Les avocats de la famille de la victime, Mes Laurent De Clercq et Thomas Gillis, affirment également qu’il est encore prématuré de parler de circonstance aggravante sous la forme d’un motif de haine en raison de l’orientation sexuelle. La partie civile réitère la demande de la famille de pouvoir faire face à ce décès dans la sérénité.

L’assassinat est la classification provisoire des faits mais l’enquête doit déterminer s’il est éventuellement aussi question de vol avec violence ayant entraîné la mort ou s’il faut envisager un motif de haine en raison de l’orientation sexuelle.

Les avocats des mineurs ne commentent pas la décision du juge car la diffusion du compte-rendu des débats devant le tribunal de la jeunesse est interdite. L’enquête pour assassinat se poursuit actuellement sous la direction du juge d’instruction de Termonde, mais le parquet ne fournit pas de détails supplémentaires.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous