Accueil Opinions Éditos

Tolérance zéro pour la cyberhaine

Le temps de l’impunité sera bientôt révolu, du moins si la modification de la Constitution décroche les deux tiers des voix à la Chambre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 2 min

Un appel à la haine et à la violence sur les réseaux sociaux pourrait conduire demain droit en prison par le truchement d’un tribunal correctionnel. Le temps de l’impunité sera bientôt révolu, du moins si la modification de la Constitution projetée par le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne décroche les deux tiers des voix à la Chambre.

Les bourreaux du web

Ces dernières années, l’extraordinaire développement des réseaux sociaux s’est accompagné d’une libération de la parole que certains ont trop facilement confondue avec un blanc-seing donné à la cyberhaine. Le déversement d’un fiel d’autant plus commode qu’il échappe à la sanction, confortant ainsi les bourreaux du web dans leur pouvoir de nuisance.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par HERMAN Romuald, mercredi 17 mars 2021, 19:13

    A partir de quel moment une opinion tranchée devient haineuse ? Ce n'est pas parce que je n'aime pas X ou que je ne cautionne pas son choix de vie que je le hais pour cela ! On fait vite "de la haine" pour certaines âmes soi-disant "sensibles" pour le moment ! Ca fera encore une "arme" pour imposer le sacro-saint "politiquement correct" et la "pensée unique". A 14 ans, mon fils m'a dit un jour : "Papa, si on me tue, dis que je suis homo, comme cela le coupable ira plus longtemps en prison !" Donc la vie d'un homo vaut plus que celle d'un non-homo, puisque la sentence n'est pas la même ? Mais créer cette différence, n'est-ce pas aussi une discrimination, de la haine ou de l'homophobie (ou du sexisme, ou du racisme etc etc) ? Enfin, j'apprécie à sa juste valeur le fait que pour un écrit qualifié (par qui ? Selon quel protocole ?) de "haineux", on serait plus vite convoqué aux Assises qu'un type qui aurait assassiné une autre personne !! Le remède est parfois pire que le mal...

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 14 mars 2021, 18:11

    À propos de propos haineux, ils sont parfois généreusement hébergés par le Soir, comme sous l'article "Violences dans le centre de Liège: les casseurs étaient «organisés», selon la police". Les commentateurs semeur de haine s'en donnent à cœur joie.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 14 mars 2021, 11:15

    Les privilèges légaux donnés à des groupes particuliers ne font qu'attiser la haine qu'ils inspirent à certains. Le "il ne faut pas deux poids, deux mesures !" devrait s'appliquer partout, sans aucune exception. Les privilèges en question ont d'ailleurs tous été instaurés à cause d'événements graves, donc sous le coup de l'émotion, ce qui n'est pas favorable à une saine justice.

  • Posté par Chalet Alain, dimanche 14 mars 2021, 10:53

    Si des hommes blancs hétéros manifestent avec des pancartes "vive les hommes blancs hétéros", cela risque-t-il de déclencher de la haine.?

  • Posté par Vynckier Albert, dimanche 14 mars 2021, 4:04

    la tolérance zéro est aussi une violence mais bon, vous me direz qu'elle répond à une autre violence, la cyber haine. plus c'est violent, moins c'est subtil. c'est bien pourquoi ce n'est pas le juge qui met les menottes...?

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs