Accueil Société Régions Bruxelles

Etterbeek: la nouvelle maison communale est arrivée

Les jardins de la Chasse accueillent l’administration communale, les élus, le CPAS et la police dans un bâtiment résolument moderne.

Temps de lecture: 5 min

Nous avons la maison communale la plus laide de Bruxelles ».

Une sentence signée Vincent De Wolf (MR), le bourgmestre d’Etterbeek qui peut désormais la conjuguer à l’imparfait. Exit le vieux mammouth énergivore né dans les années 50 avenue d’Auderghem, place à un majestueux bâtiment conçu sur les ruines de l’ancien hôpital d’Etterbeek-Ixelles, au square Jean Joly qui, dès la semaine prochaine, accueillera le personnel de l’administration communale mais aussi le CPAS, la mission locale pour l’emploi et la police.

Fort de 5 étages, le navire alliant basse énergie et passif s’ouvre sur un hall d’accueil jouxtant l’accès à l’une des deux salles de mariage précédées d’un escalier propice aux photos souvenirs. Et le mayeur n’est pas peu fier à l’heure de faire découvrir cette nouvelle vitrine locale bardée de lamelles blanches offrant une ombre portée sur les vitrages afin de réduire le refroidissement de l’édifice. C’est que le projet a nécessité patience et jeux de calculette, dès 2006. « Le résultat est hors du commun, c’est un bâtiment moderne », se réjouit le mayeur ravi d’avoir pu relever ce défi. « A l’époque, l’opposition clamait que le pharaon voulait sa pyramide. Qu’il s’agissait d’une chimère qui ne verrait jamais le jour. Maintenant, je pense que tout le monde trouve que c’est très réussi ».

Pas plus de 15 minutes d’attente

Appel a été fait à une société spécialisée pour soigner la signalétique et permettre à chacun d’évoluer dans le bâtiment signé par Jaspers-Eyers Architects. « On voulait un hall à la fois majestueux et une agora pour les citoyens ». il apparaît que les visiteurs se déplacent à la maison communale pour 4 fonctionnalités principales : la population, l’état-civil, le service des étrangers et le stationnement. Le personnel à l’accueil est ainsi susceptible de répondre à chaque question sur ces thèmes. Infos à gogos donc mais aussi une promesse : on ne poireautera pas plus de 15 minutes avant de passer à l’un des guichets insonorisés à l’aide de panneaux en bois plein situés au rez-de-chaussée. Seuls le rez-de-chaussée et le premier étage seront accessibles au public. « Avant, les habitants se baladaient dans tous les couloirs pour trouver les fonctionnaires. Désormais ce sont les fonctionnaires qui iront vers le public ».

La salle du conseil, baptisée Christian Debaty du nom de l’ancien secrétaire communal, n’est pas en reste, offrant espace et confort moderne aux élus. Là encore, le contraste avec le passé est de rigueur. « Là, c’est carrément l’ONU », rigole Vincent De Wolf à l’heure de découvrir où se trouve sa chaise. « C’est à la fois la salle du conseil communal mais aussi un lieu de réunion pour les habitants ».

Aux étages, place aux bureaux du personnel en open-space avec un réfectoire et autres coins-café. Le tout avec des revêtements, du sol au plafond, absorbant les bruits. « Il y a également des bubbles pour permettre aux gens de s’isoler ». On trouve aussi les cabinets des échevins et du bourgmestre, le tout résolument moderne.

Si la nouvelle maison communale s’étend sur 16.000 m2, le puzzle financier porte, lui, sur les 3 hectares que comptent les « Jardins de la Chasse ». « La commune paie tout toute seule, nous n’avons aucun subside », précise Vincent De Wolf. « Par contre, nous sommes propriétaires du terrain et nous finançons donc cela par la vente d’appartements ». Cela ? La bagatelle de 50 millions d’euros avec TVA.

69 appartements ont ainsi été conçus et vendus à prix livre, du côté de la rue Beckers. Côté square, et ce n’était pas prévu dans les calculs de rentabilité initiaux, un immeuble de 37 appartements à prix moyens a vu le jour et une centaine de logements (120) sont encore à construire à l’arrière du site.

Pour la police par contre, le ministère de l’intérieur a majoré l’addition d’un million pour des raisons de sécurité liées à la menace terroriste. « Les instructions sont arrivées en cours de construction pour les vitres et murs extérieurs soient résistants aux armes de guerre ». Le lieu regroupera également les cellules d’arrestations pour l’ensemble de la zone de police (Etterbeek et les deux Woluwe). Un surcoût toutefois en partie englobé dans le contrat de location passé avec la zone pour ses fonctionnalités extra-communales. Des concessions sont encore au programme comme pour une brasserie restaurant. Et aussi un funérarium « unique à Bruxelles car il s’agit d’un lieu déconfessionnalisé ou non selon les choix de chacun ».

Au total, la vente d’appartements, les loyers ainsi que le réaménagement du site de l’actuelle maison communale devraient largement couvrir les frais. Avec même un bénéfice de dix millions. C’est en tout cas ce qui était chiffré dans l’étude menée il y a 15 ans. « Mais ce sera beaucoup plus car une partie des appartements n’était pas comptée tout comme ne l’était pas le fait que nous vendrions plus cher que 2.500 euros le m2 ». Sans parler de l’augmentation du nombre d’habitants et donc celle de l’impôt des personnes physiques ou de la dotation communale. « La commune sera définitivement en dehors du rouge et, moi, j’aurai fait mon boulot ».

En cours le déménagement se poursuivra tout au long de la semaine prochaine, l’administration communale étant la première à entrer en fonction dès le 16 mars. « Normalement, le 22 mars tout sera fonctionnel, conclut Vincent De Wolf. Cette fois, on y est ! »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lechat Nadine, lundi 15 mars 2021, 13:21

    Une horreur archutecturale qui defigure pour des décennies le quartier.L'article est d' une incroyable complaisance : de qui se moque t on ?

Plus de commentaires

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo