Accueil Belgique Politique

Bouchez dénonce l’«irresponsabilité dangereuse» de l’appel à la grève nationale, Magnette la soutient «à 200%»

Le chef de file des socialistes francophones a affirmé dimanche soutenir « à 200 pour cents » l’appel à une journée nationale d’actions assortie de grèves dans les entreprises et organisations du pays.

Temps de lecture: 2 min

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a dénoncé dimanche l’« irresponsabilité dangereuse » dont font preuve selon lui les syndicats CSC et FGTB en lançant un appel à une journée nationale d’actions assortie de grèves dans les entreprises et organisations du pays le 29 mars.

« Organiser une grève lors de la pire crise économique depuis la deuxième guerre mondiale illustre une irresponsabilité dangereuse », a-t-il affirmé sur Twitter.

« J’aimerais tellement que notre pays puisse compter sur des syndicats modernes, responsables et constructifs », a ajouté le président des libéraux francophones.

Il prend ainsi le contre-pied du président d’un autre parti de la coalition gouvernementale au pouvoir au fédéral, celui du PS, Paul Magnette.

Le chef de file des socialistes francophones a affirmé dimanche soutenir « à 200 pour cents » l’appel à une journée nationale d’actions assortie de grèves dans les entreprises et organisations du pays.

Un soutien « à 200 % », a-t-il répondu à une question lors de l’émission ’C’est pas tous les jours dimanche’ sur RTL-TVI.

« Je suis totalement d’accord avec les travailleurs », a ajouté M. Magnette, tout en récusant qu’il s’agisse d’une grève contre le gouvernement fédéral. « C’est une grève contre les patrons », a-t-il souligné.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

42 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, mercredi 17 mars 2021, 9:10

    Depuis des années, les syndicats n'ont plus aucune utilité et leur seul but est de survivre, en trompant et en exploitant leur clientèle.

  • Posté par Byloos Dominique, lundi 15 mars 2021, 17:55

    Comme toujours les libéraux sont contre le fait d'allouer un salaire décent aux personnes qui travaillent. Actuellement, beaucoup de travailleurs survivent sans de grandes aides de l'état et/ou des régions. Les indépendants se plaignent de ne pas être suffisamment aidés parfois à juste titre. Simplement comparons le montant total des aides reçues par les indépendants et le montant total des aides reçues par les CPAS et autre institutions aidant les petites gens, les travailleurs. Vous vous rendez compte que la majeur partie des aides est attribuée aux entreprises et aux indépendants. Les dernières mesures de la région wallonne le prouvent : 200 millions pour les entreprises et 0 € pour l’aide sociale. La Belgique et ses régions aident massivement les entreprises, n’est il pas temps qu’un juste retour s’effectue vers les travailleurs : Toute ces aides sont financées avec de l’argent public. Ce week-end, je lisais encore l’interview du CEO de BNP Paribas. 1,87 milliards de bénéfice. Selon lui, il fallait encore supprimer des agences et renforcer le contrôle des coûts. Il juge son bénéfice insuffisant. Voilà le problème. Certaines entreprises (Paribas, Delhaize, …) peuvent se permettre un geste vis-à-vis de leurs employés.

  • Posté par Delpierre Bernard, lundi 15 mars 2021, 16:15

    Même si l'exemple cité par Magnette du patron de Ahold- Delhaize payé en Hollande est mal choisi , sur le système pernicieux des rémunérations des CEO et, on devrait y ajouter de celles des membres des comités de direction, il a totalement raison et ne fait que rejoindre curieusement un ex CEO de la FEB, le défunt Van De Putte lequel ,malgré sa position, avait déjà mis en garde les patrons contre cette spirale haussière. Il est d'ailleurs regrettable que des restrictions ne leur soient pas appliquées car , me semble -il , lors de leur engagement (avec à la clé un salaire élevé , des primes diverses, des bonus, et aussi voiture et assurance pension), il ne leur est pas dit que faute d'un travail efficace et donc de résultats, ils seraient renvoyés après avoir été dépouillés de leur pactole que du contraire, les expériences passées (par exemple avec Fortis et Dexia) nous ont montré que l'on part toujours avec le sac à dos rempli même si l'on est responsable de la collectivisation des pertes encourues pour venir en aide aux salariés licenciés...Aussi longtemps que le calcul des AIP ne prendra pas aussi en compte les salaires des dirigeants (comme si par magie le prix de revient des biens ou services de l'entreprise n'étaient pas affectés par leur coût salarial, dites le à un cheval de bois et vous risquez une ruade bien placée), on ne pourra que s'attendre à des répliques syndicales dommageables pour l'économie et les travailleurs des secteurs financièrement faibles...

  • Posté par Jos Theys, dimanche 14 mars 2021, 21:54

    Maintenant ils propagent l'inégalité des secteurs. Ainsi ils auront toujours une raison pour manifester, c'est leur fond de commerce.

  • Posté par Muller Marc, dimanche 14 mars 2021, 20:52

    Après Nollet qui est contre la bulle de 1, voilà Popol qui veut des grèves. Il faudrait peut-être les mettre au courant qu'ils sont dans la majorité au gouverment. Peut-être une question de bipolarité ou de schizophrénie, mais dans ce cas qu'ils soignent bien et nous reviennent guéris.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une