Accueil Opinions Éditos

La longue nuit syrienne, une débâcle pour l’Humanité

Dix ans après le début de la contestation en Syrie, Bachar el-Assad règne encore à Damas. Il dépend dorénavant de ses parrains en Iran ou en Russie. Le pays est dévasté et sa population à bout de force.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Dix ans jour pour jour après le début de la contestation populaire, la Syrie semble avoir désormais échappé aux radars médiatiques. De tous les vents de liberté du « printemps arabes » qui avaient soufflé en 2011, celui qui a traversé ce pays du Levant restera pourtant, et de loin, le plus dramatique et le plus cruel.

Les rêves de ceux qui avaient cru en la révolution se sont envolés. « Nous avons perdu dix ans de nos vies, le pays est détruit et le régime est encore plus répressif et criminel », lâchait un ex-rebelle à l’AFP il y a quelques jours… Un parfum de gâchis immense embaume la Syrie. Un remugle aux relents de malheur, d’exil, de torture, de bombes et surtout de mort.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Lombard Fernande, lundi 15 mars 2021, 12:58

    Nous avons voulu ce qui est arrivé. Si à chaque fois qu'un individu n'est pas d'accord avec le pouvoir en place, on en fait un rebelle et que nous l'aidons à fomenter des troubles et à lui trouver d'autres copains; que nous les armons et que nous les appuyons avec nos bombardiers, nos missiles, nos armes de destruction massives... En fait, le but de notre démocratie semble être de f0utre la mer2 dans le monde. Et là, nous n'avons pas de leçons à recevoir , il faut bien l'admettre !...

  • Posté par Joute Dodo, mardi 16 mars 2021, 19:38

    Ca c'est la théorie de ton copain poutine, le dictateur miteux, copain d'assad, dictateur miteux. Les amis de mes amis sont mes amis.

  • Posté par Petre Eric, lundi 15 mars 2021, 12:09

    La seule chose qu'on puisse conclure du drame syrien, mais on pourrait dire la même chose pour l'essentiel du Moyen-Orient et de l'Afrique, c'est que dans la recomposition le plus souvent violente du monde post-colonial et de ses frontières, l'Europe n'a plus voix au chapitre. Le temps des grandes puissances géopolitiques, diplomatiques et militaires européennes est révolu. Américains, russes et chinois se partagent dans la rivalité l'ordre du monde nouveau et les européens en sont réduits au rôle de spectateurs juste tentés par un jugement moral que plus personne n'écoute.

  • Posté par Dechamps Pascal , mardi 16 mars 2021, 21:38

    Exact et ce par lâcheté politique. Mais l'essentiel n'est pas là. Plutôt dans un autre post.

  • Posté par Berthouze Pascale, lundi 15 mars 2021, 9:25

    Quand allons-nous cesser d'assimiler l'"humanité" à la bienveillance, à l'amour, à la gentillesse etc ?. Cette Humanité là avec un H majuscule est la création de religieux bisounours mais qui ont été aussi en leur temps d' horribles assassins, tortionnaires, sexistes , voleurs, menteurs etc... L'humanité est violence, haine, cupidité, lâcheté.... Nous l'avons tous été à un moment ou à un autre. Plus ou moins. Les humains détruisent et créent, détestent et aiment, tuent et soignent, sont des héros et des lâches. Les humains traînent leurs paradoxes et les maquillent par leur certitude de détenir LA Vérité, LA Raison . Alors cessons de tenir l'humanité pour modèle du beau et du sacré et redevenons critiques, objectifs, humbles pour comprendre enfin que la débâcle c'est nous !

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs