Accueil Économie Entreprises

Le CEO de bpost licencié en raison d’une «escalade de différentes affaires», selon Petra De Sutter

La ministre des Entreprises publiques a admis être préoccupée par les résultats financiers et par les dommages subis par bpost en termes d’image.

Temps de lecture: 2 min

L’administrateur délégué de bpost, Jean-Paul Van Avermaet, n’a pas été licencié en raison des mauvais résultats de l’entreprise, mais en raison d’une «escalade de différentes affaires», a affirmé lundi la ministre des Entreprises publiques, Petra De Sutter (Groen).

M. Van Avermaet est concerné par une enquête de l’Autorité belge de la concurrence, qui suspecte une entente illégale sur les prix entre différentes sociétés de sécurité et de gardiennage dont G4S (avec Securitas et Seris), qu’il dirigeait auparavant.

Le journal De Standaard avait rapporté la semaine dernière qu’un certain nombre d’administrateurs souhaitaient le départ du CEO. L’entreprise a également annoncé des résultats financiers décevants, ce qui a fait chuter l’action en Bourse.

Mme De Sutter a affirmé lundi lors de l’émission De Ochtend de la VRT-radio que le licenciement du patron de bpost n’était pas lié à ces résultats décevants, mais à une escalade de plusieurs affaires. Elle a cité «le contexte, la communication, les qualités de leadership et la confiance perdue».

Selon la ministre, le basculement s’est produit dimanche soir. «Nous nous sommes réunis durant tout le week-end et hier (dimanche, NDLR) soir, il y a eu un changement au sein du conseil d’administration». Ce qui a été décisif, c’est la discussion sur les obligations de transparence envers ce conseil d’administration, a-t-elle précisé.

Le CA avait déjà réclamé plus de clarté en septembre, mais sans réponse satisfaisante, de sorte que la question a été posée à nouveau fin février. «C’est pourquoi le vase était plein. En raison de sa relation avec le conseil d’administration», a encore dit Mme De Sutter.

Selon les journaux De Standaard et De Tijd, le gouvernement fédéral, qui reste l’actionnaire majoritaire de bpost, a fait pression dimanche pour un licenciement immédiat de M. Van Avermaet. Ce qui s’est produit lors d’un conseil d’administration dimanche soir.

Mme De Sutter a admis lundi être préoccupée par les résultats financiers et par les dommages subis par bpost en termes d’image.

«Nous avons maintenant rapidement besoin d’un nouveau CEO qui prépare l’entreprise pour l’avenir», a poursuivi la ministre en indiquant que cette recherche devra débuter «dès maintenant».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Alexandre Fabrice, lundi 15 mars 2021, 11:22

    Quelle manque de classe cette époque... On déballe sur un employé qui n'a pas encore eu le temps de ranger son bureau.

  • Posté par Nica Petre, lundi 15 mars 2021, 11:47

    Bullshit : il est sous le couvert de plusieurs enquêtes et il a été déjà averti, suite à la chute du cours de plus de 20% le gouvernement, actionnaire principal et majoritaire a appuyé sur le bouton rouge. End of game et end of story ainsi chutent des suprvedettes qui pensent être irremplaçables en regard des vulgus populus à pied et en voitures qui créent au jour le jour le futur de la poste.

  • Posté par HERMAN Romuald, lundi 15 mars 2021, 11:15

    Je ne m'inquiète pas pour lui : il aura certainement un beau parachute doré comme un de ses prédécesseurs qui avait reçu 100 millions d'euros pour son licenciement de bpost il y a quelques années.

Plus de commentaires

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière