Accueil Opinions Cartes blanches

«L’urgence climatique doit être entendue au tribunal»

Les plaidoiries de l’Affaire Climat, qui oppose plus de 60.000 Belges et les différents niveaux de l’Etat, débutent ce mardi 16 mars. Attaqué pour son inaction climatique, notre pays doit prouver, selon un collectif de signataires, qu’il respecte ses engagements internationaux et en fait suffisamment pour assurer à tous les Belges un avenir juste et durable.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Pour la première fois de son histoire, la justice belge va devoir juger des politiques menées par les différents niveaux de pouvoir pour limiter le réchauffement climatique. Six ans après l’initiation de l’Affaire Climat, les 62.000 Belges qui ont porté plainte verront pendant 10 jours défiler à la barre du Tribunal de première instance de Bruxelles, l’Etat fédéral et les Régions flamande, wallonne et bruxelloise. Ces derniers devront répondre de leur inaction dans ce procès.

Une nouvelle jurisprudence

Nos autorités politiques ne sont pas les premières à passer sur le banc des accusés. Chez nos voisins, notamment, de tels procès ont déjà eu lieu. Et une nouvelle jurisprudence se dessine clairement : les autorités n’en font pas assez et sont condamnées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs