Accueil Monde Europe

L’Allemagne et la France suspendent la vaccination avec AstraZeneca

L’Organisation mondiale de la santé avait déclaré vendredi qu’il n’y avait « pas de raison de ne pas utiliser » le vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et l’université d’Oxford.

Temps de lecture: 4 min

L’Allemagne et la France ont décidé de suspendre l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca « à titre préventif » après le signalement d’effets secondaires.

L’institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, « estime que d’autres examens (sont) nécessaires », après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère, alors que plusieurs pays ont déjà pris une telle mesure.

La France suit

La France, à son tour, a décidé de « suspendre par précaution » l’utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l’autorité européenne du médicament qui sera rendu mardi, a annoncé Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à Montauban.

Le chef de l’Etat a dit « espérer reprendre vite » la vaccination avec ce sérum « si l’avis de l’autorité européenne le permet », alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l’Allemagne et l’Italie lundi.

Tout comme la Fance, l’agence du médicament italienne (AIFA) a aussi décider de suspendre le vaccin AstraZeneca dans l’attente d’une décision de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Cette dernière a, par ailleurs, ouvert une enquête « accélérée ».

Près d’une dizaine de pays ont suspendu par précaution l’utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, après le signalement d’effets secondaires « possibles » mais sans lien avéré à ce stade.

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme qu’il n’y a « aucune preuve de risque aggravé » de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’il n’y a « pas de raison de ne pas utiliser » ce vaccin.

Le Danemark a été le premier pays jeudi à suspendre le vaccin d’AstraZeneca « après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins » chez des personnes vaccinées. Il a rapidement été suivi par l’Islande.

La Norvège a également suspendu les injections de ce vaccin jeudi, aussi par précaution. Plusieurs cas de caillots sanguins chez des adultes vaccinés y ont été rapportés, mais là encore sans qu’aucun lien ne soit encore prouvé.

La Bulgarie a annoncé vendredi la suspension « par précaution » des injections du vaccin d’AstraZeneca au lendemain des décisions prises par les trois pays nordiques, tandis qu’une enquête est en cours après le décès d’une femme vaccinée.

Toutefois, selon le ministre de la Santé, « aucun lien n’a été établi » à ce stade avec la vaccination survenue la veille de cette femme, qui souffrait de surpoids et avait subi plusieurs pontages coronariens.

Dimanche, ce sont l’Irlande et les Pays-Bas qui ont également suspendu l’utilisation du vaccin, toujours par précaution, après les cas de caillots sanguins rapportés au Danemark et en Norvège.

Campagne de vaccination retardée

La Thaïlande et la République démocratique du Congo (RDC) ont retardé le démarrage de leurs campagnes de vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca, qui étaient prévues respectivement vendredi et ce lundi.

Suspensions de lots

L’Autriche a annoncé dès le 8 avril suspendre l’utilisation d’un lot de vaccins AstraZeneca (ABV5300) après qu’une infirmière de 49 ans est décédée de « graves problèmes de coagulation sanguine », quelques jours après avoir été vaccinée.

Quatre autres pays européens – l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg – ont également suspendu l’utilisation des vaccins de ce lot d’un million de doses, qui a été envoyé dans 17 pays européens.

L’Italie a interdit jeudi par précaution l’utilisation d’un autre lot, ABV2856, en raison de craintes liées à la formation de caillots de sang. La Roumanie a également suspendu ce lot.

La région italienne du Piémont (nord-ouest de l’Italie) a suspendu dimanche le vaccin AstraZeneca après la mort d’un enseignant, puis a repris les injections, en excluant toutefois par précaution le lot ABV5811.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par debacker patricia, lundi 15 mars 2021, 16:46

    Et pourquoi ne dit on pas que ce vaccin recombinant est basé sur un adénovirus de singe et donc a nécessité une modification génétique . C'est la première fois qu on utilise un adénovirus de singe pour réaliser un vaccin. Effets secondaires....a suivre

  • Posté par Coppens Jean-pierre , lundi 15 mars 2021, 16:42

    La France et l’Italie suspendent à leur tour l’administration du vaccin AstraZeneca.

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 15 mars 2021, 16:33

    Nos vénérables décideurs vont peut-être changer d'avis. Maintenant plus personne n'acceptera sans crainte ce vaccin. Ceux qui ont bénéficié du pfizter sont des chanceux.

  • Posté par Glossy P, mardi 16 mars 2021, 9:21

    "depuis le temps qu'on nous la promet, hein" Vous semblez presque la souhaiter !

  • Posté par Ask Just, lundi 15 mars 2021, 16:39

    Parlez pour vous, et lisez le commentaire de Mr Rimbaux ci-dessous. Il n'y a pas de vaccin ARN pour tout le monde, il faut faire avec ce qu'on a en attendant. Surtout si nous sommes effectivement au début d'une 3eme vague (depuis le temps qu'on nous la promet, hein). Pour "éviter" un hypothétique accident, on condamne à coup sur des centaines de personnes à la mort. Car oui, à compter d'aujourd'hui, quasiment chaque mort Covid est évitable par la vaccination

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs