Accueil La Une Opinions

1.871 raisons de «niquer Macron» ou comment le souvenir de l’insurrection inspire toujours les contestataires

L’insurrection parisienne a connu une postérité multiple depuis un siècle et demi. De l’extrême gauche à l’extrême droite, ils sont nombreux à s’en être revendiqués. Et ce n’est pas fini.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 6 min

Il y a 1.871 raisons de niquer Macron… Ce slogan des gilets jaunes est relevé par Mathilde Larrère, historienne française des mouvements sociaux, qui y voit le énième réveil de la Commune de Paris. Entre 2018 et 2020, il y en eut d’autres à s’afficher sur les chemins de France, tels « On ne veut pas Mai 68, on veut 1871 » et « Louise Michel 2022 », en référence à l’héroïne de l’insurrection.

La postérité de la Commune de Paris est multiple. Depuis 150 ans, de nombreux mouvements sociaux et politiques, allant de l’extrême droite à l’extrême gauche, ont cherché à la récupérer (lire notre entretien ci-dessus). Karl Marx en fit « le gouvernement de la classe ouvrière, la forme enfin trouvée de l’émancipation du travail ». Après la Révolution d’octobre, Trotski dit la « chérir en dépit de son expérience trop restreinte ». Longtemps, un drapeau communard est resté auprès de la dépouille de Lénine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs