Accueil Monde France

France, Italie, Allemagne, Espagne... la liste des pays suspendant l’utilisation du vaccin AstraZeneca s'allonge

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme qu’il n’y a « aucune preuve de risque aggravé » de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’il n’y a « pas de raison de ne pas utiliser » ce vaccin.

Temps de lecture: 4 min

Une dizaine de pays dont l’Espagne, dernière en date, ont suspendu par précaution l’utilisation du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, après le signalement d’effets secondaires «possibles» mais sans lien avéré à ce stade.

Le groupe pharmaceutique anglo-suédois affirme qu’il n’y a «aucune preuve de risque aggravé» de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’il n’y a «pas de raison de ne pas utiliser» ce vaccin.

L’Italie a suspendu lundi à titre de précaution l’administration du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 sur l’ensemble de son territoire, emboîtant ainsi le pas à plusieurs pays européens après le signalement d’effets secondaires. L’agence du médicament italienne, AIFA, «a décidé à titre de précaution et de manière temporaire, dans l’attente d’une décision de l’EMA», l’Agence européenne des médicaments, «d’interdire l’utilisation du vaccin AstraZeneca sur tout le territoire national», indique un communiqué de l’AIFA.

La France,à son tour, a décidé lundi de «suspendre par précaution» l’utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l’autorité européenne du médicament qui sera rendu mardi, a annoncé Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à Montauban. Le chef de l’Etat a dit «espérer reprendre vite» la vaccination avec ce sérum «si l’avis de l’autorité européenne le permet», alors que plusieurs pays européens ont eux aussi suspendu ce vaccin, dont l’Allemagne et l’Italie lundi. Suspension après des caillots sanguins

Le Danemark a été le premier pays le 11 mars à suspendre le vaccin d’AstraZeneca «après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins» chez des personnes vaccinées. Il a rapidement été suivi par l’Islande.

La Norvège a également suspendu le même jour les injections de ce vaccin, par précaution. Plusieurs cas de caillots sanguins chez des adultes vaccinés y ont été rapportés, mais là encore sans qu’aucun lien ne soit encore prouvé. En outre, les autorités sanitaires norvégiennes se sont inquiétées samedi de cas d’hémorragies cutanées chez des personnes relativement jeunes ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca. Dans le sillage des pays nordiques La Bulgarie a annoncé le vendredi 12 mars la suspension «par précaution» des injections, au lendemain des décisions prises par les trois pays nordiques, tandis qu’une enquête est en cours après le décès d’une femme vaccinée. Toutefois, selon le ministre de la Santé, «aucun lien n’a été établi» à ce stade avec la vaccination survenue la veille de cette femme, qui souffrait de surpoids et avait subi plusieurs pontages coronariens.

Dimanche, ce sont l’Irlande et les Pays-Bas qui ont également suspendu l’utilisation du vaccin, toujours par précaution, après les cas de caillots sanguins rapportés au Danemark et en Norvège. Lundi, l’Allemagne a annoncé à son tour suspendre la vaccination avec AstraZeneca «à titre préventif», invoquant également les cas de caillots sanguins signalés en Europe. En France, les sapeurs-pompiers des Bouches-du-Rhône (sud) ont indiqué lundi avoir suspendu la vaccination de leur personnel avec le vaccin AstraZeneca, «par mesure de précaution», après l’hospitalisation d’un pompier pour une arythmie cardiaque survenue après sa première injection. Campagne de vaccination retardée La Thaïlande et la République démocratique du Congo (RDC) ont retardé le démarrage de leurs campagnes de vaccination avec ce vaccin, qui étaient prévues respectivement vendredi et ce lundi.

L’Indonésie a également décidé lundi de reporter par prudence le lancement de sa campagne de vaccination avec AstraZeneca. Suspensions de lots L’Autriche a annoncé dès le 8 mars suspendre l’utilisation d’un lot de vaccins AstraZeneca (ABV5300) après qu’une infirmière de 49 ans est décédée de «graves problèmes de coagulation sanguine», quelques jours après avoir été vaccinée. Quatre autres pays européens – l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et le Luxembourg – ont également suspendu l’utilisation des vaccins de ce lot d’un million de doses, qui a été envoyé dans 17 pays européens.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

46 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, lundi 15 mars 2021, 20:04

    tant mieux si la liste s'allonge. Pourquoi l'agence européenne ne tranche pas une fois pour toute?

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 15 mars 2021, 19:31

    "Ceci n'est pas un complot". Non, c'est juste un hasard. Rien à voir avec l'arrivée quasi annoncée du vaccin russe en Europe de l'Ouest et avec les décisions de Biden, le président bien aimé qui veut du bien aux Européens (il adore surtout les Ukrainiens, d'ailleurs, un grand connaisseur ce bon Joe, il sait où ça bouge, il connaît les "places to be"). Non, non. Rien à voir. "Puisqu'on vous le dit"...

  • Posté par Rambeaux Paul, lundi 15 mars 2021, 21:14

    D'abord, je ne crois pas un seul instant que l'AZ soit plus dangereux que les deux autres, moi (je ne sais pas où vous êtes allé chercher ça, mais c'est comme d'habitude, vous n'écoutez que votre propre bruit). Et une application du principe de précaution qui condamne à mort un certain nombre de personnes qui auraient été vaccinées et ne le seront pas, ça me paraît relever de la panique pure. Quant à vos révélations, vous nous laissez sur notre faim, là. Vous avez juste juxtaposé deux ou trois informations disponibles partout, vous sous-entendez que vous avez tout compris, et personne ne voit où vous voulez en venir avec vos insinuations de pseudo-initié. Qui complote ? Contre qui ? Dans quel but ? Bref, comme d'habitude, vous brassez du vent en faisant des grands gestes et en jouant au gourou qui comprend tout mieux que les incultes que nous sommes... Et puis, quand il faut entrer dans le concret, pfouit, plus rien, même plus du vent. Autre chose ? Heu non. Surtout pas, ça va, c'est bon...

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 15 mars 2021, 20:48

    Dormez bien, Paul. Et croyez ce qu'on vous dit. Surtout. Surtout si on l'a dit à la télé. Mais allons-y: Astrazeneca ne posait aucun problème il y a deux semaines (donc, vous y avez cru). Il en pose un maintenant (donc vous allez y croire, puisqu'on l'a dit à la télé)... mais seulement dans l'UE et pile au moment où les Russes annoncent des partenariats avec des fabricants de l'UE et deux jours après que Biden eut fait savoir qu'aucun vaccin ne quitterait le sol des USA pour combler les retards... en UE. Ajoutez à cela que l'UE décide aujourd'hui d'attaquer la GB pour "non-respect des clauses de l'accord de Brexit". Voilà, Paul, je vous révèle tout... ce que est dans la presse et que vous n'aviez manifestement pas lu. Alors, je vous le révèle, mon bon Paul. Vous voyez comme je suis gentil. Autre chose?

  • Posté par Rambeaux Paul, lundi 15 mars 2021, 20:24

    Révélez-nous tout, Monsieur Staquet. Qui complote, là ? Et pourquoi ? Sont-ce les Russes qui décrédibilisent l'AZ pour pouvoir fourguer Spoutnik ? Est-ce que Biden refuse d'exporter ses doses pour favoriser Vladimir ? Est-ce que les dirigeants européens qui suspendent sont achetés par Poutine ? Ou alors est-ce ceux qui poursuivent qui sont achetés par AZ ? Ou alors ceux qui suspendent la vaccination veulent-ils faire pression sur AZ en menaçant de se fournir auprès des Russes ? Dites-nous, vous qui comprenez tout...

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs